Ecoutez Radio Sputnik
    Pékin

    Revirement à l'Est: Londres comprendra-t-il les allusions de Pékin?

    © AFP 2018 Wang Zhao
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vzgliad
    Traduction de la presse russe (août 2018) (29)
    681

    «Londres doit établir des relations constructives avec d'autres principaux acteurs mondiaux» - cette phrase mystérieuse d'un journal chinois a été immédiatement interprétée comme une allusion transparente de la Chine adressée au Royaume-Uni. Et si Londres suivait ce conseil, cela pourrait provoquer des changements géopolitiques globaux.

    Les médias chinois ont mis en garde le Royaume-Uni contre la perte du statut de grande puissance mondiale s'il optait pour une alliance avec les USA, et non avec la Chine, écrit mercredi le site d'information Vzgliad.

    «Pour les autorités britanniques il serait sage de prendre des mesures qui leur permettraient de cesser d'être une annexe d'une superpuissance isolée dans le monde multipolaire actuel: Londres doit établir des relations constructives avec d'autres principaux acteurs mondiaux», selon le quotidien chinois Global Times.

    Cette publication est apparue sur fond de première visite étrangère du nouveau ministre britannique des Affaires étrangères Jeremy Hunt à Pékin. L'un des principaux résultats de ce voyage a été l'entente sur la lutte conjointe contre le protectionnisme et le renforcement des principes du libre-échange. Comme l'a déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, les deux pays prendront appui sur l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en tant que mécanisme central des actions. Cette déclaration est symptomatique — les agissements du président américain Donald Trump de ces derniers temps visent directement à détruire l'OMC.

    Avant sa visite, Jeremy Hunt parlait de l'aspiration du Royaume-Uni à renforcer les liens de partenariat avec la Chine, car après la sortie de l'UE il devient plus ouvert pour le monde. Et ce message a été entendu. D'après le ministre britannique, le gouvernement chinois a proposé à Londres d'entamer les négociations sur le libre-échange à l'étape qui suivra le Brexit.

    Dans le même temps, les Etats-Unis renforcent leurs relations avec d'autres pays européens, et Pékin est conscient du fait qu'il pourrait se retrouver seul dans la confrontation avec Washington. «C'est la raison pour laquelle Pékin fait le premier mouvement et cherche à s'entendre avec les partenaires qui se détachent du segment américain», explique le politologue Dmitri Abzalov, président du Centre des communications stratégiques.

    De plus, le Royaume-Uni lui-même est intéressé par le développement des liens avec la Chine. D'après l'expert, cela renforcera les positions de la première ministre. «Theresa May a besoin d'un certain soutien, d'un triomphe en politique étrangère. La coopération avec la Chine pourrait devenir une telle solution, notamment en sachant que le principal ordre du jour du pays pour May est économique. Le Brexit a déjà affecté le portefeuille des citoyens, et sur ce fond la première ministre devra proposer une initiative si elle compte garder sa place», poursuit Dmitri Abzalov.

    Ce dernier a noté que le renforcement de la coopération entre Pékin et Londres ne provoquerait probablement pas de changements dans la situation géopolitique mondiale.

    Andreï Koulikov d'Europe Insight pense que Londres ne répondra pas à l'ultimatum de la presse chinoise. «Les relations entre le Royaume-Uni et les USA sont de si longue date, solides du point de vue politique, économique, culturel, mental, et même du point de vue de la sécurité de défense. Sans parler du nombre de structures, d'institutions et d'organisations conjointes entre eux. Et les plans actuels concernant le Brexit sont orientés avant tout sur les USA», conclut l'expert.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2018) (29)

    Lire aussi:

    Le secrétaire au Foreign Office va promouvoir «l'âge d'or» des relations avec la Chine
    Le nouveau chef de la diplomatie UK qualifie par erreur de japonaise sa femme chinoise
    Le dossier nord-coréen n’est-il qu’un prétexte pour une guerre commerciale contre Pékin?
    Tags:
    politique, Royaume-Uni, Pékin
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik