Ecoutez Radio Sputnik
    armée américaine

    Les USA renforcent activement leur présence en Afrique

    CC BY 2.0 / Expert Infantry / 8th US Army - Korea
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)
    8210

    Le commandement africain des forces armées américaines a envoyé au comité des chefs d'état-major la recommandation de réduire significativement le contingent américain en Afrique.

    Selon les militaires, cette mesure correspondra davantage à la doctrine de défense de l'administration Trump, qui ne vise pas tant à lutter contre le terrorisme qu'à réfréner la Russie et la Chine.

    Des dizaines de bases militaires américaines sont actuellement présentes sur le continent noir, et le Pentagone alloue des centaines de millions de dollars par an à la construction de l'infrastructure nécessaire et aux opérations militaires, écrit vendredi le quotidien Izvestia.

    L'Afrique est devenue une scène cruciale pour Washington, et c'est la raison pour laquelle la présence des forces américaines continue de grandir dans la région. L'accroissement de la présence de la «principale démocratie du monde» sur le continent noir s'accompagne d'une hausse significative du financement des programmes antiterroristes en Afrique subsaharienne. Entre 2011 et 2014, le gouvernement américain a alloué 327 millions de dollars à ces fins, puis cette somme a pratiquement triplé entre 2015 et 2019 pour atteindre 954 millions de dollars.

    Bien que l'administration Trump prône la réduction des dépenses pour la protection des partenaires qui ne souhaitent pas payer pour cela, la lutte contre Boko Haram et Daech reste la priorité officielle de la Maison blanche. L'ouverture par le Pentagone d'une base de drones près de la ville nigérienne d'Agadez a coûté 100 millions de dollars et globalement, affirment les analystes de Politico, «les dépenses pour les programmes d'action directe ont quadruplé au cours des dernières années».

    D'après Los Angeles Times, ces chiffres sont largement sous-estimés: rien que la transformation de la base navale d'expédition Camp Lemonnier (Djibouti) en base navale à part entière a coûté 1,2 milliard de dollars. Encore 228 millions de dollars ont été nécessaires pour financer le projet de création au même endroit d'un centre des opérations spéciales de la marine. Le commandement africain recevra cette année 186,5 millions de dollars pour les «actions en situation particulière» et 225,3 millions pour les «dépenses pour l'exploitation et l'entretien des sites».

    Officiellement, les USA ne sont pas en guerre en Afrique mais l'annonce faite par Donald Trump en mars 2017 selon laquelle la Somalie était une «zone d'activités militaires actives» a forcé les troupes américaines à agir dans une situation «entre la guerre et la paix», ce qui est bien pire qu'une guerre réelle officiellement déclarée.

    On doute que les objectifs poursuivis par les Américains en Afrique soient pacifiques. En grande partie, ils cherchent par leurs actions à établir leur hégémonie dans cette région du monde. Washington est particulièrement préoccupé par l'Afrique du Sud et son adhésion au groupe des Brics, qui contribue au développement des relations de partenariat avec la Chine, l'Inde et la Russie. De toute évidence, les USA rêvent de couper l'oxygène à Johannesbourg et de montrer au reste du continent avec qui il faut être ami.

    Enfin, il semblerait que l'organisation d'émeutes et d'affrontements soit l'objectif ultime des bérets verts américains sur le continent: en plein chaos, il est plus facile pour les intrus de s'affirmer en territoire étranger, conclut le journal Izvestia.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)

    Lire aussi:

    La Russie a besoin d'une nouvelle stratégie en Afrique
    Comment les USA cherchent à «neutraliser» la domination chinoise en Afrique
    Combien l'opposition syrienne «modérée» coûte-t-elle aux USA?
    Tags:
    armée, Afrique, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik