Ecoutez Radio Sputnik
    Mikhaïl Saakachvili

    «Condoleezza Rice me disait: Saakachvili ne franchira pas la ligne rouge»

    © Sputnik . Stringer
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)
    8370

    Le représentant spécial du Président russe pour la protection de la nature, l'environnement et les transports Sergueï Ivanov a été ministre de la Défense jusqu'en février 2007. Au moment de la guerre des 5 jours en Ossétie du Sud, il occupait le poste de vice-premier ministre supervisant le complexe militaro-industriel.

    Pendant le conflit d'août 2008, Sergueï Ivanov était l'un des rares responsables russes habilités à commenter la situation pour les médias occidentaux. Dans une interview au quotidien Kommersant, Sergueï Ivanov raconte ce qui ne s'est pas déroulé comme prévu pendant la guerre.

    «Les principaux problèmes ont commencé, évidemment, avec l'arrivée au pouvoir de Mikhaïl Saakachvili (qui a présidé la Géorgie de janvier 2004 à novembre 2013, ndlr). Au début, ce n'était aussi manifeste. Je le reconnais: j'ai rencontré plusieurs fois Saakachvili à sa demande, pendant ses visites à Moscou et pendant la Conférence de Munich sur la sécurité. Il demandait lui-même des rencontres à part, et je continuais de le persuader que nous reconnaissions l'intégrité territoriale de la Géorgie, mais qu'il devait agir avec responsabilité en comprenant à quel point ce problème était sensible. J'ai même proposé, en réponse à sa demande, de rétablir la formation des militaires géorgiens dans nos écoles militaires. Il avait témoigné de l'intérêt pour cette idée dès sa première année au pouvoir. Peu le savent, mais c'est le cas. Par ailleurs, il rencontrait régulièrement Vladimir Poutine.

    - D'après ces entretiens, on avait l'impression que tout allait s'arranger…

    «Oui, mais avant le début de la guerre de 2008, ou plutôt du conflit armé — il est difficile de qualifier ces événements de guerre à l'échelle actuelle. On l'appelle guerre des cinq jours, mais en réalité elle a duré trois jours. Les actions concrètes de Saakachvili personnellement et de son gouvernement montraient que les paroles divergeaient de plus en plus avec les actes. Vous pensez bien que nous ne sommes pas à tel point naïfs pour croire tout ce qu'on nous dit. Même s'ils disaient et nous rassuraient que Saakachvili ne s'engagerait jamais dans une aventure militaire. Je peux ouvertement reconnaître aujourd'hui que Condoleezza Rice, qui était secrétaire d'État à l'époque, me disait constamment en privé: "Sergueï, ne vous inquiétez pas, il ne franchira pas la ligne rouge".»

    - Quand vous l'a-t-elle dit?

    «En 2007, quand j'étais ministre de la Défense. Mais les militaires, les états-majors des États sérieux ne sont pas naïfs, ils prévoient toujours le pire des scénarios. C'est pourquoi notre état-major en 2007 — à l'époque des conflits de faible intensité survenaient déjà en Ossétie du Sud — a mis au point un plan secret d'action au cas où des opérations militaires à part entière commenceraient en Ossétie du Sud et si des citoyens russes étaient exposés au danger ou mouraient.

    Il ne faut pas oublier qu'en 2008, près de la moitié de la population de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud était constituée de citoyens russes. De plus, conformément à l'accord de 1992, des bataillons de maintien de la paix des trois parties se trouvaient en Ossétie du Sud: russes, géorgiens et sud-ossètes. Il y avait près de 200 casques bleus russes, qui s'y trouvaient tout à fait légalement en conformité avec le droit international. Et ils ont été attaqués. Ils ont notamment été tués par des Géorgiens le premier jour de cette attaque odieuse, le jour de l'ouverture des JO de Pékin.

    Mais revenons au plan. Nous avions un plan qui, comme tous les plans, avait été mis sur le papier. Mais nous ne nous attendions pas à une telle situation. Nous n'avions pas imaginé qu'en ce jour précis une telle attaque serait lancée à cette heure précise contre des citoyens russes, je souligne, des citoyens russes, des militaires et des civils.

    Mais une partie du plan a été bien respectée — il ne faut pas oublier le tunnel de Roki. C'était la route de la vie, et nous savions parfaitement que si les troupes géorgiennes s'emparaient du tunnel de Roki, la suite des événements était très prévisible. Je ne m'étendrais pas sur le sujet, vous comprenez parfaitement ce que je veux dire.

    En gardant le contrôle du col de Roki et du tunnel de Roki, nos forces sont entrées et ont rapidement pris position près de Tbilissi. Les activités militaires se sont arrêtées là».

    - Mais vous commentiez les événements, je m'en souviens.

    «En effet. Sur BBC, dans l'émission Hard Talk — après quoi mon avis sur la BBC a fortement changé. Et sur CNN aussi. J'explique. Le deuxième jour du conflit je regardais, évidemment, non seulement notre télévision, mais également les chaînes anglophones. Toutes les chaînes occidentales montraient des images tournées par des journalistes russes à Tskhinval. Il n'y avait tout simplement pas d'autres opérateurs ou journalistes dans cette ville. Nos journalistes ont filmé les tirs, le bombardement, les horreurs de la guerre. CNN et BBC diffusaient ces images en boucle avec l'inscription "Regardez comme la Russie a attaqué la Géorgie". Je ne me souviens pas d'un tel mensonge flagrant à la Goebbels, faisant passer le noir pour le blanc. Je ne me souviens pas d'une telle impertinence par le passé. Dans les interviews accordées aux chaînes anglophones, je l'ai mentionné. En anglais, évidemment».

    - D'après vous, la guerre pouvait-elle être évitée? Les parties ont-elles tout fait pour l'éviter?

    «Dans le cas de Moscou, je suis persuadé que les autorités russes ont tout fait pour éviter la guerre. Mais je pense que tout observateur objectif sait parfaitement que Moscou n'était pas à l'origine de ce conflit. C'était une nouvelle aventure de Saakachvili. De plus, les événements qui ont suivi, y compris la reconnaissance de l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, ainsi que la réaction de l'Occident, ont montré qu'au fond tous les dirigeants occidentaux savaient parfaitement qui était le responsable de cette situation, pourquoi tout cela était arrivé. Et cette réaction fut la suivante: des cris, évidemment — excusez-nous pour notre ton — mais ensuite ils ont rapidement changé de ton. Parce qu'ils savaient parfaitement que leur créature, leur satellite Saakachvili, avait enfreint toutes les promesses, avait franchi la ligne rouge et qu'il s'était décroché de sa laisse».

    - Avez-vous parlé par la suite à Condoleezza Rice, après les faits? Que disait-elle?

    «Elle disait que les Américains n'avaient rien à voir avec cela, qu'ils n'étaient pas derrière cette attaque. Elle a reconnu, évidemment, que c'était l'initiative de Saakachvili et qu'il était le responsable de cette guerre. Mais en privé, pas au microphone. C'est une femme intelligente. Mais dans une conversation privée elle a reconnu de facto que Saakachvili s'était décroché de sa laisse. La réaction qui a suivi — même la Géorgie et la population géorgienne s'est débarrassée de Saakachvili en l'accusant de crimes graves et en le privant de citoyenneté — montre que la majorité des Géorgiens comprend tout, mais qu'il est difficile de le reconnaître à voix haute parce que l'État a perdu son intégrité territoriale. Que peut-on faire? Ce n'est pas nous qui en sommes responsables. Vous reconnaissez vous-mêmes que nous avons agi de manière cohérente, nous avons tenu notre parole, nous avons reconnu l'intégrité territoriale de la Géorgie jusqu'au point où il est devenu impossible de le faire.

    Il n'y avait aucune contradiction concernant la reconnaissance de l'indépendance au sein du gouvernement russe. Je n'en ai jamais entendu parler, et si quelqu'un pense qu'il y avait des différends à ce sujet, c'est complètement faux parce que nous n'avions pas d'autre choix. Nous n'avons pas à peser le pour et le contre. Pour mettre un terme aux conflits armés interminables, je répète, depuis 1991 — comptez combien il y en a eu — c'était la seule solution: reconnaître l'indépendance. Puis signer un accord de sécurité, comme le font de nombreux pays tels que les USA, y installer des bases militaires et mettre un point final à cette histoire. A présent, il n'y a plus sujet à débattre.

    C'est comme avec la Crimée. C'est la même chose. Et en ce qui concerne le fait que d'autres pays n'ont pas reconnu l'indépendance: premièrement, certains l'ont reconnue et, deuxièmement, j'en parlais avant le dernier conflit et à Munich ouvertement, publiquement. Prenez l'exemple de Chypre du Nord. Depuis combien d'années est-elle reconnue par un seul pays? 40? 50? 60? Et elle vit. La population de Chypre du Nord se préoccupe-t-elle de la reconnaissance internationale? Ils veulent qu'un seul pays les reconnaisse: la Turquie. La population de Chypre du Nord se moque du reste. Je peux dire la même chose de la population d'Ossétie du Sud. C'est absolument la même chose. Ils se moquent de la reconnaissance de la France, du Royaume-Uni, des USA. Ils s'en moquent. L'important pour eux est que la Russie les reconnaisse.

    Je n'aime pas me citer, mais à Munich, avant la reconnaissance du Kosovo, je disais deux choses. Je disais que si l'Occident reconnaissait le Kosovo, cela ouvrirait la boîte de Pandore. Vous pouvez consulter les archives, je le disais publiquement. Et c'est arrivé. Selon vous, l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud ne sont-elles pas devenues réellement indépendantes? D'après moi, dans le monde, il existe tout au plus cinq pays, qu'on peut compter sur les doigts d'une main, qui sont réellement indépendants et autonomes. Ce sont les pays qui peuvent se permettre le luxe de mener une politique étrangère indépendante, d'avoir une économie suffisante pour subvenir à leurs propres besoins, sans reposer sur les autres, et de partir uniquement de leurs propres intérêts. Ces pays ne sont pas très nombreux: les USA, la Russie, la Chine, l'Inde. C'est probablement tout».

    - Comment expliquez-vous ce qui s'est passé en Ukraine en 2014?

    «Un coup d'État soutenu par l'Occident a eu lieu en Ukraine. Soutenu par écrit. Des ministres des Affaires étrangères avaient signé la fameuse déclaration qui a été cyniquement rompue le lendemain, et ont fait semblant de l'avoir oubliée. La population de la Crimée et de l'est de l'Ukraine n'a pas accepté ce coup d'État et a refusé de reconnaître la légitimité du pouvoir de Kiev, elle a manifesté dans la rue et ensuite tout s'est enchaîné très vite. Des forces russes étaient présentes en Crimée, et je vous assure que nous n'avons jamais enfreint le quota de 25.000 militaires dans le cadre de l'accord russo-ukrainien. Même quand le contingent de nos forces a été renforcé, nous n'avons jamais dépassé la limite des 25.000 pour ne pas être accusés.

    Évidemment, il serait naïf et malhonnête de nier la confrontation géopolitique dans l'espace de la CEI. Mais je ne vois pas de perspectives d'affrontement militaire dans l'espace de la CEI entre l'Otan et la Russie, et j'espère que cela n'arrivera jamais.

    Même si l'infrastructure de l'Otan se rapproche lentement mais sûrement de nos frontières, c'est une évidence. Quand nous débattons avec nos collègues de l'Otan, ils nous disent que la Russie mène une politique agressive. Je demande: en quoi est-elle agressive? Je ne parle pas des accusations aberrantes concernant nos plans prétendus d'attaque contre les pays baltes. Je sais parfaitement pourquoi c'est fait: si les pays baltes ne criaient pas que la Russie odieuse menaçait de les attaquer, ils ne recevraient pas d'argent. Je le sais parfaitement, mais au fond c'est des aberrations. La Pologne, la Roumanie, le rapprochement du bouclier antimissile de nos frontières — tout cela est évidemment une menace militaire directe. Nous y étions et y serons toujours opposés.

    Et en ce qui concerne l'espace de la CEI: ce sont des États indépendants, nous devons respecter leur choix. Et si l'un d'entre eux voulait adhérer à l'Otan et que l'Otan l'approuvait, ce serait une très mauvaise chose. Mais la Russie ne peut pas l'empêcher».

    - D'après vous, quand pourrait se terminer la phase chaude du conflit dans l'est de l'Ukraine?

    «Avec le gouvernement actuel à Kiev, c'est improbable».

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)

    Lire aussi:

    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    La guerre des 5 jours en Ossétie du Sud: «la Russie a obtenu le plus important, la paix»
    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Tags:
    guerre, Sergueï Ivanov, Condoleezza Rice, Mikhaïl Saakachvili, Géorgie, Ossétie du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik