Ecoutez Radio Sputnik
    Systèmes de missiles sol-air S-400 Triumph

    Voici pourquoi les USA ne pourront pas empêcher la livraison de S-400 russes à l'Inde

    © Sputnik . Sergey Pivovarov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)
    91282

    Les États-Unis n'arriveront pas à peser sur l'achat de systèmes antiaériens russes S-400 par l'Inde - qui pourrait être annoncé lors de la visite de Vladimir Poutine dans ce pays en octobre - ni sur aucune des autres transactions entre les deux États dans le secteur de la défense, écrit jeudi le quotidien Izvestia.

    Deux sources indiennes du milieu diplomatique et militaire citées par Izvestia ont affrimé que les USA n'empêcheraient pas la livraison de S-400 russes à l'Inde. Selon l'une d'elles, la coopération militaire entre New Delhi et Moscou répond aux intérêts nationaux indiens, et les autorités du pays n'ont pas l'intention d'y renoncer sous la pression extérieure.

    L'entente pour l'acquisition de systèmes antiaériens russes S-400 a été conclue entre Vladimir Poutine et le Premier ministre indien Narendra Modi en octobre 2016. L'été suivant, les USA ont adopté la loi sur la lutte contre les adversaires de l'Amérique par les sanctions (CAATSA), qui menace notamment de sanctions secondaires les pays achetant des armements russes.

    Récemment, une exception a été faite pour l'Inde, l'Indonésie et le Vietnam, à condition que ces pays réduisent leurs achats d'armements à la Russie et que New Delhi «collabore avec le gouvernement américain sur d'autres questions ayant une importance décisive pour les intérêts stratégiques des USA en matière de sécurité nationale». Ainsi, Washington a fermé les yeux sur la transaction avec la Russie.

    «L'Inde a clairement expliqué aux USA qu'elle ne tolérerait pas une ingérence dans les relations avec la Russie. Washington a accepté des concessions dans le cadre de CAATSA compte tenu des profonds intérêts stratégiques de l'Inde dans le secteur de la défense et de l'intérêt de New Delhi à poursuivre ses relations avec Moscou qui ont résisté à l'épreuve du temps», a déclaré la source militaire indienne.

    «L'Inde a clairement fait comprendre aux USA que la Russie était son partenaire stratégique, avec lequel elle entretenait des relations solides et diversifiées depuis l'indépendance. La plupart de nos armements défensifs sont d'origine russe. Et aujourd'hui, le pays a cruellement besoin du système antiaérien S-400 pour garantir sa sécurité», précise la source diplomatique indienne.

    Entre 2000 et 2014, la Russie assurait 73% de tous les achats d'armements indiens. Selon les informations de 2017, le portefeuille de commandes indiennes de l'agence Rosoboronexport dépassait 4 milliards de dollars.

    D'après le général Sharma, directeur du centre d'études stratégiques United Service Institution of India, la Russie reste le seul pays qui propose à l'Inde le transfert des technologies et la coproduction aux conditions les plus favorables, comme le montre la coproduction des missiles BrahMos.

    «Trump ne dispose pas de leviers pour tordre les bras à l'Inde, parce que nous ne recevons pratiquement aucun prêt ni aide économique de la part des USA. Alors que ces derniers ont besoin de l'Inde en tant que partenaire stratégique afin de contrebalancer la Chine obstinée et en tant qu'immense marché de consommation et d'armement. C'est pourquoi je pense que les hystéries américaines n'affecteront pas la transaction sur les S-400 et d'autres grands contrats», affirme le militaire indien.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)

    Lire aussi:

    Narendra Modi forcerait les Américains à contourner leurs propres sanctions
    S-400 pour l'Inde: Moscou et New Delhi se passeraient du dollar
    Achat de S-400: l’Inde veut passer un message aux USA
    Tags:
    achat, livraisons d'armes, livraisons, S-400, Inde, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik