Ecoutez Radio Sputnik
    Tir de Kinjal

    Les États-Unis parviendront-ils à se protéger du Kinjal russe?

    Ministère russe de la Défense
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vzgliad
    Traduction de la presse russe (septembre 2018) (34)
    20682

    Les Américains ont présenté leur projet d'intercepteur Glide Breaker destiné à faire face à l'armement hypersonique russe. Plus tôt, les États-Unis avaient entamé les travaux pour la création d'analogues du missile hypersonique russe Kinjal déjà en service.

    Quelle sera l'efficacité de l'intercepteur américain et quelle menace représente-t-il pour l'armement hypersonique russe?

    La Defense Advanced Research Projects Agency (ou DARPA, «Agence pour les projets de recherche avancée de défense», chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire au sein du département de la Défense des États-Unis) a présenté le projet d'intercepteur Glide Breaker destiné à faire face aux armes hypersoniques russes et chinoises, écrit le quotidien Vzgliad.

    D'après le site The Drive, les Américains sont particulièrement préoccupés par les missiles Kinjal et Avangard, dont l'existence a été annoncée par le président russe Vladimir Poutine pendant son allocution devant l'Assemblée fédérale en mars dernier.

    Le projet Glide Breaker a été présenté à l'exposition D60 qui s'est tenue du 5 au 7 septembre aux USA. Il se présente comme un appareil capable de procéder à une interception cinétique, c'est-à-dire de percuter physiquement les missiles hypersoniques ennemis. La présence d'une ogive séparée n'est pas prévue.

    La DARPA affirme que Glide Breaker «renforcera la capacité des USA à se protéger contre toutes les classes de missiles hypersoniques». Auparavant, le général John Hyten, chef du commandement stratégique des forces armées américaines, avait déclaré que les USA n'avaient «aucune chance de contrer l'arme hypersonique russe et chinoise». En effet, le Kinjal est capable de manœuvrer en vol, ce qui le rend invulnérable non seulement face aux systèmes antimissiles actuels, mais également futurs.

    Mi-août, la compagnie militaro-industrielle américaine Lockheed Martin a reçu une commande publique de 500 millions de dollars pour l'élaboration d'un prototype de missile aéro-balistique hypersonique ARRW — Air-Launched Rapid Response Weapon. Aujourd'hui, des travaux sur les missiles aéro-balistiques sont menés par la Russie et les USA, mais aussi par Israël (Rampage) et la Chine (CH-AS-X-13).

    Les États-Unis s'efforcent également d'en apprendre davantage sur le Kinjal par l'espionnage. Début août, Viktor Koudriavtsev, membre de l'Institut central de recherche en construction mécanique, soupçonné de haute trahison, a été accusé d'avoir transmis aux services secrets otaniens des informations techniques confidentielles sur l'utilisation de technologies hypersoniques dans les missiles Kinjal et Avangard.

    Les Américains parviendront-ils à trouver une protection contre le Kinjal? L'expert militaire Igor Korottchenko, rédacteur en chef du magazine Natsionalnaïa oborona (Défense nationale), fait remarquer que le Kinjal est déjà en service, alors que les USA songent seulement à un moyen pour y faire face. Actuellement, 10 avions intercepteurs MiG-31 dotés de Kinjal sont actuellement en phase d'essais opérationnels. Le missile est également adapté au bombardier Tu-22M3 qui sera capable d'embarquer jusqu'à quatre Kinjal au lieu d'un seul pour le MiG.

    «Les Américains ont un retard colossal sur nous. Ils sont dans le rôle de rattrapant. La construction de l'intercepteur en soi et sa mise en service demandera entre 10 et 12 ans. Dans le meilleur des cas», déclare Igor Korottchenko.

    Pendant que les Américains élaboreront un moyen de lutte, le Kinjal poursuivra sa modernisation et améliorera son efficacité. «Aucun moyen d'interception ne donne une garantie de 100%. Étant donné que le Kinjal est embarqué par le MiG-31, qui peut attaquer les cibles sous tous les angles, à toute altitude et dans toutes les directions, il est impossible de créer un système absolu de protection. Ce sera seulement une estimation probable d'interception», explique l'expert.

    Selon lui, l'interception cinétique implique la présence de moyens extérieurs de désignation d'objectifs capables de garantir au missile un point de contact entre la cible et l'intercepteur. Une telle interception est efficace en cas de destruction de missiles, sauf que le Kinjal «ne suit pas une trajectoire balistique classique, mais imprévisible».

    «De plus, dans le cadre de la modernisation du Kinjal, nous pourrons perfectionner l'option de manœuvrabilité selon la trajectoire. C'est pourquoi les Américains ne pourront jamais assurer une interception garantie. Alors que les cibles désignées pour le Kinjal seront détruites à coup sûr dans des conditions de guerre réelle», a souligné l'expert.

    Ce dernier pense qu'avec leurs plans d'inventer une protection contre le Kinjal, les Américains s'impliquent dans une course aux armements qui leur coûtera des dizaines de milliards de dollars. Si le budget militaire annuel russe avoisine les 50 milliards de dollars, le budget américain, quant à lui, dépasse 760 milliards de dollars. Néanmoins, la Russie maintient tout de même la parité stratégique avec les Américains.

    «Les Américains dépenseront des dizaines de milliards de dollars pour trouver un moyen de lutte contre le Kinjal. Et même cet argent ne leur garantira pas une protection à 100%. La Russie est dans une posture plus gagnante, elle dépense l'argent de manière plus ciblée, alors que les Américains essaieront de la rattraper et de la dépasser dans un segment local de l'armement. Les USA se retrouvent dans le rôle de l'URSS qui n'a pas tenu le coup en tentant de rattraper l'Amérique pendant la Guerre froide. Nous avons changé de place, nous essayons de réaliser des dépenses optimales, alors que les Américains s'impliquent dans une course aux armements insensée pour laquelle ils sont de plus en plus dépensiers», conclut Igor Korottchenko.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (septembre 2018) (34)

    Lire aussi:

    Les Troupes aérospatiales russes testent un missile hypersonique Kinjal (vidéo)
    Cette arme russe redoutable «n'a pas d'équivalent en dehors de la Russie»
    Des MiG-31 modernisés pour les missiles hypersoniques Kinjal
    Tags:
    armes hypersoniques, Kinjal (missile air-air hypersonique), États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik