Ecoutez Radio Sputnik
    Ana Chapman, espía rusa

    L'espion qui a dénoncé Anna Chapman et mis en scène sa mort, serait en réalité bien vivant

    © AP Photo / David Azia
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (28)
    3113

    Des journalistes américains relatent que l'espion Alexandre Poteev, condamné en Russie pour haute trahison, serait en vie. Cette information, si elle était confirmée, démentirait la mort de ce dernier en 2016.

    Il y a huit ans, l'ex-colonel du Service russe des renseignements extérieurs (SVR) avait dénoncé aux services secrets américains un réseau d'agents russes, dont faisait partie Anna Chapman, écrit vendredi 5 octobre le site d'information Gazeta.ru. Plus tard, les États-Unis et la Russie avaient procédé à un échange d'espions condamnés: en échange de 10 Russes, Moscou avait remis quatre espions aux USA, dont l'ex-colonel de la Direction générale des renseignements (GRU) Sergueï Skripal.

    L'information selon laquelle Alexandre Poteev serait en vie a été relayée par le site BuzzFeed, dont les journalistes ont mené une enquête pour découvrir que depuis 2016, Alexandre Poteev vivait en Floride. Dans cet État, il a reçu une amende pour infraction au code de la route et une licence de pêche. De plus, Poteev s'est enregistré aux élections en tant que républicain et y a voté. Dans tous ces documents, l'ex-colonel du SVR a indiqué son nom, ainsi qu'une date de naissance, une adresse et un numéro de téléphone correspondant aux informations réelles. Poteev a indiqué comme date de naissance le 7 mars 1952 — la même qui avait été publiée dans les médias pendant le scandale d'espionnage. Dans la case «deuxième prénom», il a écrit «Nick» — les journalistes pensent que c'est seulement la version américaine du patronyme «Nikolaevitch».

    Les journalistes soulignent que des agents doubles aussi importants que Poteev ne laissent généralement pas autant de traces de leur présence, car cela menace leur sécurité. Mais une source du renseignement américain a indiqué que c'était son choix, selon Gazeta.ru.

    L'information selon laquelle Alexandre Poteev serait en vie a été confirmée par le journaliste de la BBC Mark Urban dans son livre L'affaire Skripal paru ce 4 octobre.

    Buzzfeed affirme que les journalistes ont appris cette information l'an dernier mais que la CIA, à qui ils ont demandé des commentaires, avait demandé de ne pas la rendre publique afin de ne pas mettre en péril la vie de l'agent.

    «C'est un rare cas […] quand les renseignements américains ont décidé de soutenir la version de la propagande russe», écrivent les auteurs. Ces derniers insinuent ainsi que l'information sur la mort d'Alexandre Poteev aux USA a été diffusée par les services secrets russes pour déterminer son emplacement. Dans cet optique, ils auraient essayé de découvrir les canaux de communication des amis et de la famille de Poteev dans l'espoir d'obtenir des indices.

    La mort supposée de l'espion a été rendue publique en juillet 2016, mais cette information n'a pas été officiellement confirmée. Le SVR a refusé de commenter l'information concernant le décès d'Alexandre Poteev.

    Certains experts pensent que cette désinformation a été propagée pour qu'il puisse se faire oublier.

    Alexandre Poteev est à l'origine de l'un des plus grands scandales d'espionnage des dernières années. En 2010, il a dénoncé aux renseignements américains un réseau russe d'«agents dormants» qui recueillait des informations sur la politique étrangère américaine et la perception de la politique étrangère russe par les Américains. C'est dans le cadre de cette affaire que l'agente russe Anna Chapman avait été arrêtée à New York.

    L'investigation a révélé que Poteev avait été recruté par les Américains avant 2005 pour leur transmettre des informations sur les agents russes.

    En 2011, la justice russe a condamné par contumace Alexandre Poteev à 25 ans de prison pour haute trahison et désertion.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (28)

    Lire aussi:

    Coup de projecteur sur le contre-espionnage russe
    Un ancien des renseignements russes explique ce qui ne va pas avec l’affaire Skripal
    Au service secret de Sa Majesté: que faisait un ex-agent russe au Royaume-Uni?
    Tags:
    espionnes, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik