Ecoutez Radio Sputnik
    Riyad

    Riyad utilise-t-il des technologies israéliennes pour poursuivre les dissidents?

    © AFP 2018 Hassan Ammar
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (28)
    3410

    L'Arabie saoudite est soupçonnée d'avoir bénéficié des services d'une compagnie israélienne du secteur des hautes technologies. Les experts du groupe de recherche indépendant Citizen Lab ont déclaré que Riyad s'était servi de technologies israéliennes pour espionner un dissident résidant au Canada et critiquant le palais.

    L'Arabie saoudite ne serait pas le seul pays arabe ayant utilisé un logiciel israélien pour espionner, affirme Citizen Lab cité par le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Les analystes indépendants font allusion à la compagnie israélienne NSO Group Technologies, fondée en 2010 et spécialisée dans le cyber-renseignement.

    D'après les spécialistes, les technologies de cette société ont été utilisées pour espionner Omar Abdulaziz, opposant saoudien de 27 ans qui a fui au Canada à cause d'un conflit avec Riyad. «Nous sommes persuadés que le téléphone portable d'Abdulaziz, activiste saoudien résidant au Canada, a été la cible du logiciel espion Pegasus. Abdulaziz s'était exprimé de manière assez franche en pleine hostilité diplomatique entre le Canada et l'Arabie saoudite à cause de problèmes en matière des droits de l'homme. Il est devenu une cible quand, après avoir obtenu l'asile au Canada, il a visité une université du Québec», soulignent Citizen Lab.

    Les experts précisent que NSO Group Technologies vend le logiciel Pegasus qui fonctionne aussi bien sur un iPhone que sur un téléphone Android. Le virus parvient à la victime sous la forme d'un lien à l'intérieur d'un message. Quand la personne ouvre le lien, elle se retrouve sous surveillance: celui qui l'espionne obtient un accès total aux informations personnelles de la victime, à la correspondance et aux photos. Ces technologies permettent d'activer furtivement le micro et la caméra du téléphone afin de suivre la proie en temps réel.

    Les spécialistes de Citizen Lab ont découvert que les logiciels espions de NSO conçus pour s'introduire dans la plupart des smartphones commercialisés étaient utilisés dans 45 pays. Le premier rapport publié par les analystes en 2016 décrivait en détail comment le militant des droits de l'homme Ahmed Mansour était devenu une cible supposée des autorités émiraties. En 2017, Citizen Lab a également rapporté des abus de Pegasus au Mexique, qui avait pour cible des avocats, des journalistes et des politiciens. En août 2018, Amnesty International a annoncé qu'un certain dissident saoudien résidant à l'étranger et un collaborateur de l'ONG avaient été espionnés. Le gouvernement du Panama a été accusé d'espionner systématiquement l'opposition. Des virus de Pegasus ont également été découverts aux USA et en France.

    Actuellement, les relations entre l'Arabie saoudite et le Canada sont dans une profonde impasse diplomatique. Ce conflit a éclaté quand Ottawa a exprimé sa préoccupation vis-à-vis de la situation des droits de l'homme en Arabie saoudite, que les autorités du pays sont souvent accusées de ne pas respecter. A son tour, Riyad a accusé le gouvernement canadien d'ingérence dans les affaires intérieures du royaume.

    La coopération économique bilatérale a été gelée. Les projets d'investissement ont été suspendus. Le ministère des Affaires étrangères saoudien a rappelé son ambassadeur du Canada et proclamé son homologue canadien à Riyad persona non grata. «Sommes-nous une république bananière à vos yeux?», s'est indigné le chef de la diplomatie saoudienne Abdel al-Joubeir. Toutefois, selon lui, cette situation conflictuelle pourrait se normaliser si le Canada présentait ses excuses.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (28)

    Lire aussi:

    Crise entre Riyad et Ottawa: Alger se prononce au sujet de la souveraineté des États
    Ambassadeur expulsé et transactions gelées: le ton monte entre Saoudiens et Canadiens
    Le ton monte entre Saoudiens et Canadiens
    Tags:
    technologies, espionnage, Riyad, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik