Ecoutez Radio Sputnik
    Le parlement UK prédit une réduction du soutien aux sanctions antirusses au sein de l'UE

    Le parlement UK prédit une réduction du soutien aux sanctions antirusses au sein de l'UE

    © AFP 2018 JUSTIN TALLIS
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (45)
    8212

    Après le Brexit, les pays de l'Union européenne seront plus réticents à prolonger le régime de sanctions visant à faire pression sur la Russie. Telle est l'opinion exprimée dans un nouveau rapport de la Bibliothèque de la Chambre des communes du Royaume-Uni.

    Londres suppose que les pays européens seront guidés par leurs propres intérêts économiques et que les restrictions de Bruxelles pourraient ne pas tenir compte des intérêts du Royaume-Uni — ce qui serait susceptible de nuire à l'économie britannique, écrit jeudi 11 octobre le site de la chaîne RT. Les experts indiquent qu'après le divorce entre Londres et Bruxelles il ne restera plus de «russophobes endurcis» en UE. Toutefois, le gouvernement de Theresa May pourrait utiliser les débats sur les sanctions pour «faire tomber la pression» au sein de la société et détourner l'attention des Britanniques des questions d'actualité.

    «L'Europe pourrait devenir plus réticente à l'idée des sanctions, notamment contre la Russie. Avec la montée en puissance des partis nationalistes et populistes dans des pays comme l'Italie et la Hongrie, il paraît de plus en plus plausible que les dirigeants européens mèneront une politique économique orientée sur leur propre État au lieu de faire des sacrifices et de décréter des sanctions pour protéger les droits de l'homme ou le droit international», stipule le rapport.

    Le document précise que la sortie de l'UE réduirait le rôle du Royaume-Uni dans la formulation de la politique européenne de sanctions. Les auteurs notent toutefois que l'importance de Londres en tant que l'un des centres économiques mondiaux lui permettra de décréter unilatéralement des restrictions conséquentes.

    Dans le même temps, après le Brexit, l'influence du Royaume-Uni sur les sanctions adoptées par l'UE se réduira. En effet, les restrictions de Bruxelles ne prendront plus en compte les intérêts de Londres, ce qui portera préjudice à l'économie britannique.

    De plus, la sortie de l'UE pourrait conduire à «l'affaiblissement de l'influence économique du Royaume-Uni», estiment les auteurs du rapport.

    «Les fondements économiques du leadership du Royaume-Uni en matière de politique de sanctions sont également remis en questions: si après le Brexit les compagnies financières se tournaient vers Paris ou Francfort-sur-le-Main, cela affaiblirait forcément l'efficacité de l'économie britannique autonome», explique le document.

    Le Royaume-Uni devra donc choisir entre les positions de l'UE et des États-Unis en ce qui concerne les sanctions.

    Nikita Daniouk, vice-directeur de l'Institut d'études stratégiques et de pronostics à l'Université de l'amitié des peuples, rappelle que le Royaume-Uni jouait traditionnellement le rôle de «cheval de Troie des USA en UE».

    «Le Royaume-Uni était traditionnellement considéré comme un avant-poste d'influence des USA en UE. De nombreuses questions que Washington ne voulait pas régler directement avec Paris, Bruxelles ou Berlin, l'étaient par l'intermédiaire de Londres, qui agissait comme un cheval de Troie en faisant tout pour que la coopération entre la France et l'Allemagne ne puisse pas se renforcer. C'était une sorte de balancier», explique l'expert.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (45)

    Lire aussi:

    Brexit: les dirigeants des 27 approuvent l'accord de divorce avec le Royaume-Uni
    L'UE veut tirer un maximum de profit du Brexit
    Le Royaume-Uni reconnait pour la 1ère fois ses obligations financières devant l’UE
    Tags:
    sanctions antirusses, russophobie, Teresa May, Royaume-Uni, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik