Ecoutez Radio Sputnik
    Une capsule Soyouz atterrit dans les steppes du Kazakhstan

    Crash de la fusée Soyouz: la piste de l'erreur de montage privilégiée

    © Sputnik . Central Military District/presse service
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (45)
    6310

    Mercredi 17 octobre, une délégation de Roscosmos a visité le centre spatial Progress où ont été transportés les débris de la fusée-porteuse Soyouz-FG ayant connu une défaillance le 11 octobre.

    Les experts qui enquêtent sur la cause du crash de la fusée Soyouz penchent plutôt pour une erreur commise dans l'assemblage du lanceur sur la plateforme de montage et d'essai du cosmodrome Baïkonour, écrit jeudi 18 octobre le quotidien Kommersant. Cet incident a déjà influencé la sortie de cosmonautes dans l'espace pour examiner un autre incident qui s'est produit dans le cadre du projet de la Station spatiale internationale (ISS): l'examen de l'orifice du vaisseau Soyouz MS-09, enfreignant son étanchéité, a été reporté à début décembre.

    La compagnie publique a déclaré qu'avant le début de la réunion de la Commission des accidents avaient été analysé les fragments des deux premiers étages de la fusée Soyouz-FG transportés à Samara depuis sa zone de chute. Les participants à la réunion ont évoqué les travaux à mener pour enquêter sur les causes de l'accident. «Le rapport préliminaire sur les résultats du travail de la commission sera prêt d'ici la fin de la semaine», a déclaré Roscosmos.

    Jeudi 11 octobre, le lanceur Soyouz-FG transportant le vaisseau habité Soyouz MS-10 a décollé du cosmodrome Baïkonour. Cependant, une défaillance s'est produite sur la fusée Soyouz, après quoi l'équipage s'est éjecté avant d'atterrir dans une capsule dans la steppe du Kazakhstan. Il s'agit du premier incident concernant des lanceurs de ce type depuis 35 ans.

    La plupart des experts participant à l'enquête sur l'accident du Soyouz-FG sont convaincus que la défaillance était due à un défaut mécanique commis dans l'arrimage des blocs latéraux au deuxième étage de la fusée à Baikonour. «De toute évidence, l'endommagement a eu lieu pendant la levée du bloc latéral avec la grue. Ce n'est pas une erreur de construction ni un défaut de fabrication. Il s'agit plutôt d'une erreur d'exploitation», déclare une source proche du ministère russe de la Défense. Roscosmos précise que le rapport sur les causes de la défaillance sera prêt «d'ici la fin de la semaine».

    Cet incident affectera non seulement les délais de lancement des fusées-porteuses Soyouz, mais également le programme de sortie dans l'espace des cosmonautes de l'ISS. Du moins, la sortie dans l'espace pour examiner l'orifice du Soyouz MS-09, prévue mi-novembre, sera reportée à décembre à cause de l'accident du Soyouz-FG. En effet, un trou avait été découvert dans la tôle du vaisseau Soyouz le 30 août, quand les capteurs de l'ISS avaient indiqué une légère diminution de la pression d'air. Le soir même, l'orifice avait été traité par un produit hermétique et complètement réparé. Il s'est avéré que l'air s'échappait par un orifice de 2 mm de diamètre dans la nervure du compartiment habitable du vaisseau. L'équipe au sol a d'abord supposé que ce trou avait été provoqué par une micrométéorite, mais elle a rapidement déterminé qu'il s'agissait d'un trou percé. Ivan Moïsseev, responsable de l'Institut de politique spatiale, pense qu'il ne sera plus possible de découvrir l'origine de l'orifice dans la tôle du Soyouz.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (45)

    Lire aussi:

    Incident lors du lancement de la fusée Soyouz MS-10
    La date préliminaire du prochain lancement du Soyouz vers l'ISS annoncée
    Un vrai «miracle»: la presse s'émerveille devant le sauvetage des cosmonautes de Soyouz
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik