Ecoutez Radio Sputnik
    Tayyip Erdogan et Mike Pompeo

    L'affaire Khashoggi perturbera-t-elle les contrats militaires des USA?

    © REUTERS / Murat Cetinmuhurdar/Presidential Press Office
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (105)
    3013

    Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, qui s'est rendu en Turquie, a exprimé durant son entretien avec le président turc Recep Tayyip Erdogan sa préoccupation vis-à-vis de la disparition du journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi, et proposé que les USA contribuent à l'enquête.

    Ankara est à la recherche de preuves de l'assassinat du journaliste au consulat général de l'Arabie saoudite, Riyad nie en bloc, et Washington reste prudent.

    Donald Trump a appelé à ne pas tirer de conclusions trop hâtives dans l'affaire de la disparition de Jamal Khashoggi. Selon les experts, Washington n'a pas l'intention de perdre ses contrats militaires de plusieurs milliards de dollars avec Riyad, écrit jeudi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Elena Souponina, conseillère du directeur de l'Institut russe d'études stratégiques, pense que Trump bluffe quand il dit que Riyad pourrait éventuellement acheter des armes à la Russie ou à la Chine. «L'Arabie saoudite ne peut pas se réorienter d'un coup sur un autre pays en matière d'achat d'armements. Historiquement, Riyad est significativement lié aux Américains. En revanche, les USA s'efforcent d'empêcher les intentions de l'Arabie saoudite de diversifier ses fournisseurs dans le domaine militaro-technique», explique-t-elle.

    L'experte rappelle que durant la première visite de Vladimir Poutine en Arabie saoudite en 2007, un important achat d'armes à la Russie avait été évoqué. Les Américains avaient perçu ces négociations comme une atteinte à leurs intérêts. Même s'il s'agissait d'une goutte dans l'océan par rapport aux contrats de plusieurs milliards conclus entre l'Arabie saoudite et les USA.

    «En évoquant des contrats pour 110 milliards de dollars, Trump ruse à nouveau car une partie a en fait été préparée à l'époque de Barack Obama — qu'il déteste tant. En tant qu'individu représentant les intérêts des grandes entreprises, le locataire de la Maison-Blanche n'est pas prêt à perdre cette part du gâteau à cause des problèmes de liberté et des droits de l'homme», souligne Elena Souponina.

    D'après l'experte, les contacts se poursuivent entre la Russie et l'Arabie saoudite en matière de coopération militaro-technique, mais ils ne sont pas aussi fructueux que le promettait Riyad. «Moscou souhaite intensifier la coopération en la matière, mais Washington s'y oppose. Les Saoudiens ont témoigné de l'intérêt pour la DCA russe, dont la grande qualité est reconnue dans le monde entier. Cependant, cette opportunité ne s'est pas concrétisée», précise Elena Souponina.

    A la question de savoir si la délégation russe du ministère des Affaires étrangères et de la Défense qui s'est rendue à Riyad en début de semaine avait pu évoquer avec le prince héritier et ministre des Affaires étrangères Adel al-Joubeir les perspectives de la coopération militaro-technique, Elena Souponina a répondu: «La visite de la délégation russe était liée avant tout aux problèmes avec la Syrie, car l'Arabie saoudite exerce une grande influence sur l'opposition syrienne et, si elle le voulait bien, pourrait investir dans le rétablissement de l'économie de ce pays.»

    Dans une interview accordée à AP, Trump a comparé le scandale autour du journaliste disparu aux accusations de harcèlement sexuel visant le juge de la Cour suprême des USA Brett Kavanaugh, avancées lors des audiences au Sénat sur sa nomination. «Je pense que nous devons d'abord découvrir ce qui s'est réellement passé. Nous sommes de nouveau confrontés à une situation du type «vous êtes coupables tant que vous n'avez pas prouvé votre innocence». Cela ne me plaît pas. Nous venons de traverser cela avec la nomination du juge Kavanaugh et, à ce que je sache, il est innocent», a déclaré le locataire de la Maison blanche.

    Donald Trump a rappelé que Riyad avait commandé des missiles, des navires et d'autres équipements militaires aux USA pour 110 milliards de dollars. «C'est 500.000 emplois américains, tout cela est produit ici», a-t-il ajouté.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (105)

    Lire aussi:

    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi
    Trump révèle qui enfonce un coin entre Washington et Riyad
    Guerre étrange: des alliés des USA ont acheté un peu d'Al-Qaïda
    Tags:
    contrat, coopération militaire, Mike Pompeo, Jamal Khashoggi, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik