Ecoutez Radio Sputnik
    Londres

    Le visage de l'assassin du Premier ministre britannique reconstitué par des chercheurs

    © Sputnik . Vladimir Pesnia
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (novembre 2018) (39)
    341

    Des spécialistes britanniques ont reconstitué le visage de John Bellingham, meurtrier du XIXe siècle qui a tué le Premier ministre Spencer Perceval.

    Incriminé sur délation en Russie, John Bellingham n'avait pas réussi à obtenir de compensation du gouvernement britannique et avait assassiné le Premier ministre britannique Spencer Perceval, rappelle le site d'information Gazeta.ru.

    Les personnes venues assister à l'exécution de Bellingham ne voyaient pas en lui un meurtrier, mais seulement une victime de l'inaction des autorités. Son crâne, qui a été utilisé pour la reconstitution, est actuellement conservé au Musée de la pathologie auprès de l'université Queen Mary de Londres.

    Les spécialistes de l'université ont réussi à reconstituer le visage du célèbre tueur du XIXe siècle grâce à son crâne, sous la supervision du criminaliste Hew Morrison connu pour avoir déjà reconstitué le visage d'Ava, une femme de l'Âge du bronze.

    En 1803, le navire russe Soyouz, dont une partie du chargement appartenait à John Bellingham, a fait naufrage en mer Blanche. Les propriétaires du navire, la famille Van Brienen, avaient tenté d'obtenir des réparations de la compagnie d'assurance Lloyd, mais cette dernière avait refusé en se référant à une lettre anonyme concernant un sabotage du navire qui aurait provoqué le naufrage.

    Croyant que la lettre avait été écrite par Bellingham, les propriétaires du navire ont demandé à la société qu'il représentait de leur verser un dû de 4890 roubles. A la requête des Van Brienen, le passeport de voyage de Bellingham a été confisqué à la veille de son départ d'Arkhanguelsk vers la Grande-Bretagne, l'empêchant ainsi de quitter le territoire russe.

    Solomon Van Brienen avait également convaincu le gouverneur d'Arkhanguelsk de placer John Bellingham en garde à vue.

    Un an plus tard, ce dernier a réussi à s'enfuir et s'est rendu à Saint-Pétersbourg, où il a porté plainte contre le gouverneur d'Arkhanguelsk. Les autorités russes l'ont finalement remis en prison, cette fois à cause de son «départ secret» d'Arkhanguelsk.

    Il n'a été remis en liberté qu'en 1809, mais avec l'interdiction de quitter la Russie. Désespéré, il a envoyé une demande directement à l'empereur Alexandre Ier pour recevoir une autorisation de sortie. Il n'a pu revenir au Royaume-Uni qu'en décembre 1809.

    John Bellingham avait déposé plusieurs requêtes au gouvernement afin de recevoir une indemnisation pour ses péripéties en Russie, mais n'avait reçu que des refus. Il s'est alors directement adressé au premier ministre britannique Spencer Perceval, mais ce dernier a refusé de donner suite «faute de motifs».

    Ses tentatives suivantes de rétablir la justice n'ont mené à rien. Le 11 mai 1812, John Bellingham a attendu Spencer Perceval au parlement et l'a abattu à bout portant. L'assassin n'a même pas cherché à s'enfuir: il s'est assis sur un banc en attendant de se faire arrêter.

    Afin de reconstituer les traits de son visage, Hew Morrison a utilisé une grande base de photos de visages humains en haute résolution. Chaque trait a été corrigé en conformité avec l'anatomie du crâne et des muscles faciaux. L'expert s'est servi d'un logiciel spécial pour réunir toutes ces données et reconstituer le visage du tueur.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (novembre 2018) (39)

    Lire aussi:

    Victime de l’éruption du Vésuve, à quoi ressemblait-il? (Vidéo)
    La reconstitution de la bataille de la Moskova
    Des scientifiques révèlent l’apparence d’une femme qui a vécu il y a 13.000 ans
    Tags:
    premier ministre, meurtre, John Bellingham, Spencer Perceval, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik