Ecoutez Radio Sputnik
    HK G 36 guns

    Comment l'Allemagne change la donne sur le marché mondial de l'armement

    © REUTERS / RALPH ORLOWSKI
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (décembre 2018) (39)
    4522

    L'année 2018 a été très lucrative pour l'industrie allemande de l'armement, et les prévisions sont si optimistes que le rapport annuel de Rheinmetall, d'habitude très mesuré, appelle à se préparer à la «meilleure année de l'histoire de l'entreprise».

    L'Allemagne est non seulement l'une des économies les plus stables de l'Union européenne, mais aussi l'un des premiers producteurs et exportateurs d'armes au monde, écrit le quotidien Izvestia. Le pays a considérablement amélioré ses positions depuis le milieu des années 1980, et a même dépassé le Royaume-Uni et la Chine pour occuper actuellement la quatrième place du classement mondial des plus gros exportateurs d'armes. Elle pourrait même rattraper la France à la fin de l'année 2018. 

    Les données préliminaires de Rheinmetall AG, le principal producteur d'armes allemand, font état d'une hausse des ventes de 6% à 7% en 2018. De surcroît, le cahier de charges a progressé de 72% — ce qui est, évidemment, très significatif.

    Ce boom s'explique par deux facteurs. Premièrement, il est la conséquence des événements de 2014 qui ont provoqué une agitation significative chez les militaires de l'Otan puis sur le marché mondial des armes. Aujourd'hui, ce potentiel commence à se traduire en contrats réels.

    Deuxièmement, cela s'explique par la politique active, voire quelque peu agressive, de Donald Trump visant à augmenter les dépenses militaires des membres européens de l'Otan.

    Le volume du marché mondial de l'armement a commencé à croître, et toutes les prévisions soulignent que cette croissance est partie pour durer. On constate également une hausse notable de l'activité sur le marché des armes européen, ce qui est surtout visible dans les pays anciennement membres du pacte de Varsovie qui disposent de grands parcs de blindés obsolètes.

    Dans le contexte de la hausse des dépenses militaires en UE et dans le monde, le budget allemand de défense enregistre lui aussi une croissance. Le pays envisage notamment d'acquérir des blindés, ainsi que des camions et des véhicules d'appui.
    Selon les experts, les capacités industrielles du pays sont actuellement suffisantes pour faire revenir la Bundeswehr au niveau de la Guerre froide — voire plus — dans trois ou cinq ans seulement.

    Le Livre blanc allemand de 2016 souligne que le pays «doit assumer plus de responsabilités dans le domaine du maintien de la paix et de la sécurité internationale». Les auteurs de ce texte notent que cette activité devra revêtir un caractère strictement défensif et être menée dans le cadre de l'Otan, mais que les missions de l'Alliance ne seront pas prioritaires par rapport à d'autres objectifs de la Bundeswehr.

    Objectivement, dans le contexte actuel, il est très difficile de s'imaginer un scénario prévoyant des actions agressives et de grande envergure de l'Allemagne, susceptibles d'exiger une armée de terre importante (selon les standards modernes).
    Globalement, l'avenir de l'industrie allemande de l'armement semble assez radieux. Les Allemands ont saisi à temps plusieurs tendances dans le domaine des armes, ce qui leur a offert un avantage énorme, conclut le journal. 

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (décembre 2018) (39)

    Lire aussi:

    Incident entre Marines française et chinoise dans le détroit de Taïwan
    La France réagit suite à l’incident avec la Marine chinoise dans le détroit de Taïwan
    Les CRS devant escorter Marlène Schiappa et Laurent Nuñez feraient massivement défection
    Tags:
    production d'armes, classement, marché, armes, Rheinmetall, OTAN, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik