Ecoutez Radio Sputnik
    L'Homo Sederus: comment votre fauteuil vous tue

    L'Homo Sederus: comment votre fauteuil vous tue

    CC0 / www_slon_pics
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    0 120

    Chaque année, près de 70.000 Britanniques meurent prématurément parce qu'ils restent assis à la maison ou au travail sans se lever pendant 6 heures et plus, ont découvert les spécialistes de l'université Queen's de Belfast. Les résultats de leur étude ont été publiés dans la revue Journal of Epidemiology and Community Health.

    Les jours ouvrables, 30% des adultes britanniques restent assis pendant 6 heures et plus sans se lever. Le weekend, 37% restent chez eux sur un canapé ou dans un fauteuil.

    Le fait de rester assis affecte le fonctionnement du cerveau, du système endocrinien et le métabolisme dans l'ensemble. Le dérèglement du fonctionnement de l'organisme entraîne une mort prématurée, écrit le site d'information Gazeta.ru.

    «Il faut soumettre votre corps à un léger stress afin que le cœur reste en bonne santé et que tout l'organisme fonctionne», explique Leonie Heron, auteure principale de l'étude.

    La mortalité élevée et les problèmes de santé liés à la sédentarité n'affectent pas seulement les Britanniques. La plupart des habitants des pays développés y sont confrontés.

    Comment l'Homo Sederus («l'homme assis») est apparu

    Les premières prémisses du mode de vie assis sont apparues au XVIIIe siècle, quand le tisseur et charpentier James Hargreaves a inventé la machine à filer. Ce dispositif capable de produire six fois plus de fil qu'un appareil manuel est devenu le symbole du début de la révolution industrielle. Dans les années qui ont suivi, les plus grands pays sont activement passés du travail manuel aux machines, de la société agraire à la société industrielle. Si, jusque-là, la force physique était l'une des principales qualités d'un travailleur, désormais on exigeait de lui qu'il accomplisse des actions monotones devant une machine.

    L'invention des machines à vapeur, suivie par l'apparition des bateaux à vapeur et des trains à vapeur, a marqué une nouvelle étape de sédentarité. Dorénavant, moins d'efforts physiques étaient nécessaires pour se rendre d'un point à un autre. Puis sont apparus les ascenseurs, qui n'obligeaient plus l'homme de prendre les escaliers.

    Pendant ce temps, l'éducation primaire était devenue obligatoire dans bien des pays et les enfants passaient davantage de temps assis dans une salle de classe.

    A la fin du XIXe siècle s'est produit un boom dans la construction mécanique: les réseaux ferroviaires se sont développés, des tramways sont apparus dans les rues, et la production en série de voitures commençait. Les camions assumaient une partie du travail lié au transport d'objets lourds.

    La révolution postindustrielle a transféré le travail vers le domaine intellectuel en plaçant les travailleurs derrière une table au lieu de machines. La télévision est devenue un divertissement accessible permettant de passer des journées entières sur son canapé.

    Aujourd'hui, les équipements intelligents, internet et les ordinateurs ont réduit au minimum l'activité physique de la société.

    Désormais, les gens travaillent principalement dans un bureau, assis dans un fauteuil. Si, auparavant, l'individu devait se déplacer ou rester debout pour gagner de l'argent, à présent un Danois moyen ne se lève pas de son fauteuil ou ne sort pas de sa voiture pendant 7 heures par jour, et un Chinois moyen pendant 8 heures et demie.

    Selon une étude réalisée en 2018, les employés de bureau passent 85% de leur journée assis.

    Docteur, que va-t-il m'arriver?

    La révolution postindustrielle a engendré une épidémie d'obésité et beaucoup d'autres maladies causées par la sédentarité. Aux États-Unis, selon les estimations des spécialistes, rester assis entraîne 300.000 morts par an. Sachant que pour les personnes qui restent assises pendant plus de 4 heures par jour, le risque de mort prématurée augmente de 40% par rapport à ceux qui restent assis moins longtemps.

    La mobilité insuffisante provoque le syndrome métabolique, l'obésité, le cancer et des maladies cardiovasculaires. Toutes ces maladies prises ensemble sont responsables d'environ 60% des morts dans les pays développés.

    Rester assis entraîne une hypodynamie. Les muscles s'affaiblissent et s'atrophient, la force et la résistance diminuent. La masse osseuse se réduit, les fonctions de la colonne vertébrale et des articulations sont affectées. Une longue hypodynamie entraîne des maladies cardiovasculaires (cardiopathie ischémique, hypertonie artérielle), des troubles respiratoires (bronchopathie chronique obstructive) et digestifs (troubles intestinaux).

    De plus, le manque d'activité impacte le fonctionnement du cerveau. La faiblesse se développe, la capacité de travail et l'activité intellectuelle diminuent, alors qu'apparaissent l'insomnie et la fatigabilité excessive.

    La colonne vertébrale n'est pas prévue pour une inactivité de longue durée. Ceux qui passent près de 8 heures par jour assis risquent de souffrir d'hernies intervertébrales, de troubles de la posture et d'autres problèmes vertébraux.

    Les vaisseaux sont également touchés. Le sang est propulsé dans les veines essentiellement par la pompe musculo-veineuse, dont le fonctionnement est perturbé par une longue inactivité. Le sang stagne dans les compartiments inférieurs du lit veineux, la stagnation provoque une inflammation dans la paroi veineuse et peut entraîner une maladie variqueuse et une insuffisance veineuse. Les premiers symptômes des troubles sont des douleurs et un sentiment de lourdeur dans les jambes à la fin de la journée. Par ailleurs, il est tout aussi néfaste de travailler debout: une sollicitation permanente des jambes accroît également le risque de varices.

    Rester assis contribue au développement de troubles anxieux: une méta-analyse des chercheurs a monté que plus l'homme passait de temps assis, plus il était susceptible de souffrir d'anxiété.

    De plus, le manque d'activité physique en soi augmente de 21-25% le risque de contacter le cancer du sein ou de l'intestin, le diabète de 27%, et les maladies cardiovasculaires de 30%.

    Comment se prémunir

    Afin de prévenir les problèmes de santé, les spécialistes préconisent de se lever toutes les demi-heures au travail, de marcher jusqu'au distributeur d'eau pour boire de l'eau ou d'évoquer les questions professionnelles avec ses collègues en marchant dans le couloir au lieu de le faire par écrit. Il convient également de prêter attention à son poste de travail: l'angle entre le dossier et le siège du fauteuil doit être de 90 degrés ou légèrement plus, et le dossier doit avoir une forme incurvée pour maintenir le dos et la région lombaire. Il est préférable qu'il soit réglable — hauteur, inclinaison, tout comme la hauteur et la longueur des appuis-coude et la distance entre eux.

    En travaillant sur un ordinateur, la partie supérieure de l'écran doit être 5 à 8 cm au-dessus du niveau des yeux. L'écran doit se situer à la distance d'un bras tendu.

    Il est impossible de compenser les heures passées assis en salle de sport: même en pratiquant régulièrement le sport ou la nage, ceux qui passent la majeure partie de leur journée devant un écran ont des indicateurs physiologiques inférieurs par rapport aux personnes dont le travail ne nécessite pas de rester assis à la même place.

    Cela concerne aussi bien les indicateurs de santé de base que les changements dans le fonctionnement du cerveau liés aux différents types de position assise, par exemple une hausse des risques de dépression. En d'autres termes, les exercices et le travail assis nous affectent indépendamment l'un de l'autre, et l'individu qui fait régulièrement du sport et ne passe pas ses journées sur un fauteuil sera en meilleur santé que son partenaire en salle de sport qui travaille dans un bureau.

    Une étude des spécialistes de l'université Columbia révèle également que les personnes qui ne bougent pas quand ils sont assis affichent un plus fort taux de mortalité que ceux qui «diluent» constamment leur mode de vie assis.

    Ainsi, la hausse du niveau d'activité physique n'a aucun sens sans réduire la durée de la position assise. C'est pourquoi il faut contrôler le temps que l'on passe assis et chercher à le réduire, par exemple en déjeunant debout ou en se rendant au travail à pied depuis le métro au lieu de prendre le bus.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Lire aussi:

    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    L'acte 28 se poursuit place de la République à Paris avec des gaz lacrymogènes
    Tags:
    informatique, activité physique, obésité, mode de vie, santé
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik