Ecoutez Radio Sputnik
    The Lehman Brothers

    Onze ans après la faillite de Lehman Brothers, les prémices d'une nouvelle crise financière mondiale?

    © AP Photo /
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (septembre 2019) (12)
    93211
    S'abonner

    Le 15 septembre 2008, la plus grande banque d'investissement des États-Unis, Lehman Brothers, a déposé le bilan.

    L'effondrement de Lehman Brothers est devenu synonyme de la crise financière qui a frappé l'économie de tous les pays du monde, rappelle le site d'information Gazeta.ru. Des millions de personnes ont perdu leur emploi et leur argent. La réparation des conséquences de cette crise a nécessité 15% du PIB mondial.

    A l'origine de la catastrophe 

    Lehman Brothers a déposé le bilan au tribunal de New York dans la matinée du 15 septembre 2008. La faillite de cette grande institution financière a provoqué une réaction en chaîne dans tout le système financier, et a engendré une crise économique mondiale.

    La compagnie comptait près de 26.000 employés. La banque possédait des sièges à Londres et à Tokyo, ainsi que des bureaux dans d'autres pays. Peu de temps avant la crise, il s'agissait de la quatrième banque d'investissement aux États-Unis.

    La faillite de Lehman Brothers Holdings Inc a été la plus grande de l'histoire américaine, devant la faillite de WorldCom. Les actifs de Lehman s'élevaient à 639 milliards de dollars fin mai 2008, alors que les actifs de WorldCom se chiffraient à 107 milliards de dollars quand cette institution financière a déposé le bilan en 2002.

    Tout au long de l'année, les experts s'étaient posé des questions concernant la solvabilité de la banque, mais personne ne pouvait croire jusqu'au bout que les autorités laisseraient l'un des géants de Wall Street faire faillite. La faillite de Lehman  Brothers mettait un terme à 158 ans d'histoire de la compagnie, pendant laquelle elle avait survécu à plusieurs guerres mondiales et à la crise financière asiatique.

    A partir de 2006, Lehman a commencé à investir activement dans les actifs immobiliers, avant de subir de plein fouet la crise hypothécaire. Le portefeuille de l'institution contenait trop d'actifs à risque, alors que son capital était insuffisant.

    En hiver 2007 déjà circulaient des informations selon lesquelles Lehman Brothers manipulait ses rapports afin de cacher les pertes des opérations avec les obligations hypothécaires. La sonnette d'alarme a été tirée en mars 2008 quand la cinquième plus grande banque d'investissement, Bear Steams, a été absorbée par son concurrent JP Morgan.

    C'est alors que les analystes ont inscrit Lehman Brothers dans le groupe à risque, parce que cette banque travaillait le plus activement avec les titres du secteur hypothécaire américain et les obligations de dette mutuelle. C'est le jeu dangereux avec les titres  hypothécaires qui a conduit la banque à la faillite.

    Lehman Brothers s'est ruinée à cause de la surchauffe du marché immobilier américain: les banques accordaient généreusement aux Américains des prêts immobiliers à des taux d'intérêt bas et des conditions préférentielles. Pour ces prêts à haut risque étaient émises des obligations qui se trouvaient dans les portefeuilles d'investissement de nombreuses structures financières.

    «Après la faillite des compagnies technologiques il n'y avait plus d'autres instruments lucratifs, mais il fallait tenir les engagements devant les clients. Au final est née l'idée des «subprimes» - un outil compliqué même pour la plupart des investisseurs. Malgré cela leur prix augmentait, et pour cette raison leur demande était colossale: au moment de la crise la valeur totale de ces titres dépassait de presque 100 fois le montant gagé des prêts immobiliers. Au final, le montant du retard était difficile à ignorer, et les banques ont brusquement cessé de délivrer de nouveaux prêts immobiliers. Les achats de nouveaux logements ont cessé, et leurs prix ont commencé à chuter», explique l'expert Guennadi Nikolaev de l'Académie de gestion des finances et des investissements.

    Les courtiers de Lehman Brothers jouaient avec le feu en émettant des contrats à terme hors bourse à tous ceux qui voudraient acheter leurs futurs intérêts sur les obligations hypothécaires. La banque a émis un très grand nombre de tels contrats. En fin de compte, les courtiers vendaient les futurs intérêts sur les actifs hypothécaires qui n'étaient pas en leur possession en réalité. Et ce système fonctionnait tant que la situation sur le marché hypothécaire était normale. Mais dès que le marché a commencé à se dégonfler et que les propriétaires des contrats ont avancé leurs revendications, il s'est avéré que Lehman Brothers ne détenait ni argent ni actifs.

    Pour plusieurs raisons, notamment à cause des créanciers qui n'ont pas tenu leurs engagements sur les actifs à risque, le marché de l'immobilier a commencé à s'effondrer en 2006, mais malgré tout Lehman Brothers continuait d'accroître sa part du gâteau.

    «La crise hypothécaire de 2008 a été déclenchée par la faillite de la banque d'investissement Lehman Brothers. L'enquête a révélé par la suite comment l'organisation financière avait réduit le coefficient d'endettement avant le bilan, en augmentant la liquidité de la balance des transactions Repo», a déclaré à Gazeta.ru Ivan Kapoustianski, analyste de Forex Optimum.

    Ainsi a évolué la situation peu de temps avant la faillite de Lehman Brothers. Et elle n'était pas imprévisible.

    Le 8 février 2007, la banque HSBC a annoncé que le montant de ses «mauvaises» dettes étaient 20% supérieur aux prévisions, ce qui était directement lié au déclin sur le marché immobilier américain.

    «Il est évident que le niveau des réserves sous l'amortissement des crédits, qui sera pris en compte pour fin 2006 en ce qui concerne les prêts immobiliers, sera plus élevé qu'il n'est reflété dans les estimations de marché actuelles», stipulait le communiqué de la HSBC.

    Le 21 juin 2007, Merrill Lynch a vendu les actifs de deux fonds spéculatifs gérés par Bear Steams après avoir perdu un milliard de dollars sur le marché hypothécaire. Ce qui a provoqué une panique en bourse.

    Le 9 août 2007, la plus grande banque français BNP Paribas a gelé le retrait d'argent de trois fonds d'investissement lorsque les pertes sur les prêts immobiliers aux États-Unis ont frappé les marchés.

    «La disparition totale de la liquidité dans certains segments du marché de la sécurisation des États-Unis a rendu impossible une évaluation juste de certains actifs indépendamment de leur qualité et note de crédit», a déclaré la BNP Paribas.

    Le 4 septembre 2007, le taux interbancaire de référence Libor a atteint son maximum depuis décembre 1998: 6,7975%. Un haut responsable du Trésor américain a déclaré à l'agence de presse Reuters que même si les troubles sur le marché hypothécaire étaient loin d'être terminés, l'économie américaine ne tomberait pas dans la récession. John Dugan, directeur du Trésor pour le contrôle monétaire, a déclaré: «Le système bancaire national reste en sécurité.»

    Le 24 octobre 2007, Merrill Lynch a annoncé les plus grandes pertes trimestrielles de son histoire à hauteur de 8,4 milliards de dollars. A la fin du mois le directeur général de la banque Stanley O'Neal a dû démissionner. En novembre, le patron de Citigroup Chuck Prince a suivi son exemple.

    Le 11 décembre 2007, la Fed a réduit le taux directeur de 25 points de base, jusqu'à 4,25%, et le taux sur les prêts a été réduit jusqu'à 4,75%.

    «Des informations sont rapportées sur le ralentissement de la croissance économique à cause des conséquences des mesures de correction sur le marché immobilier, ainsi que de la réduction des dépenses d'entreprise et de consommation. De plus, la situation sur les marchés financiers s'est considérablement tendue ces dernières semaines», indiquait le communiqué du Comité des marchés ouverts de la Fed.

    «Je craints qu'aujourd'hui nous voyions les premiers signes que la crise se reporte du marché immobilier et du secteur financier à l'économie réelle. La conséquence la plus plausible est un ralentissement significatif de l'économie à court terme, qui pourrait se retrouver au seuil d'une récession», avait déclaré Janet Yellen (à l'époque présidente de l'antenne régionale de la Fed à San Francisco).

    Le 16 mars 2008, la JP Morgan Chase achète Bear Steams à 2 dollars l'action. La Fed finance la transaction à hauteur de 30 milliards de dollars afin que la banque d'investissement échappe à la faillite.

    «Les banquiers s'empressaient de clore la transaction avant l'ouverture des marchés en Asie à cause de l'inquiétude grandissante concernant la panique générale dans les milieux financiers, qui aurait commencé à défaut de trouver un acheteur pour Bear Steams», écrivait le quotidien The New York Times. D'après le Times, le directeur général de JP Morgan Chase Jamie Dimon avait dormi moins de quatre heures ce weekend là.

    Le 7 septembre 2008, les plus grandes agences hypothécaires américaines Fannie Mae et Freddie Mac sont placées sous le contrôle gouvernemental.

    Le 14 septembre 2008, la Bank of America achète Merrill Lynch pour 50 milliards de dollars. Les actions de Lehman Brothers ont chuté de 40% sur fond d'inquiétude au sujet de son éventuelle faillite.

    Le directeur général de Lehman Brothers, Richard Fuld, a tenté de maintenir la société à flot en vendant les départements pour la gestion des actifs, les actifs immobiliers, tout en essayant d'établir des relations avec la Korea Development Bank (KDB) qui aurait pu lui venir en aide.

    «Nous pensions que les nouvelles de Lehman dissiperaient l'atmosphère de tension générale, mais cela n'a pas été le cas. Nous avons simplement continué d'observer la compagnie qui vivait ses derniers jours», déclarait alors à la chaîne CNBC Arthur Hogan, analyste financier de Jefferies.

    Toutes les pires craintes et prédictions se sont réalisées le lendemain, quand la banque Lehman Brothers a déposé le bilan.

    «Pire crise financière dans l'histoire mondiale»

    L'effondrement du géant financier a bouleversé tout le système financier mondial. Le président de la Fed, Ben Bernanke, l'a qualifié par la suite de «pire crise financière dans l'histoire mondiale».

    Les décisions controversées de Lehman cachaient probablement l'avidité de ses dirigeants: le directeur général de la banque Richard Fuld avait reçu entre 2000 et 2007 près de 500 millions de dollars en salaire et bonus.

    L'évaluation des risques avait toujours été le point faible de Lehman Brothers, déclarait l'ex-gestionnaire des risques de la banque Madeline Antoncic. Elle a intégré la banque en 1999, un an après que l'établissement avait survécu à une «expérience péri mortem» après le défaut de paiement sur la dette russe. Selon la responsable, la compagnie avait pratiquement fait faillite mais avait réussi à s'en tirer après avoir persuadé les investisseurs de lui venir en aide.

    D'après Madeline Antoncic, en 2006 la direction a pratiquement cessé d'écouter les conseils en matière de risques.

    «Malheureusement, certains dirigeants étaient assez hautains pour penser qu'ils savaient tout mieux que les autres», disait-elle.

    La faillite de la banque a porté atteinte aux principaux indices boursiers dans plusieurs pays. Le baril a chuté de 147 dollars à moins de 40 dollars. L'effondrement boursier en octobre 2008 a marqué un record pour le marché américain depuis 20 ans.

    Les banques centrales de la plupart des pays développés ont dû apporter un soutien colossal aux banques afin d'empêcher une succession de banqueroutes.

    Le commerce international s'effondrait à vue d’œil, encore plus vite que dans les années 1930. L'économie mondiale a plongé dans la récession. Le taux de chômage est monté en flèche dans le monde entier.

    Les blessures ont mis beaucoup de temps à guérir. En 2010, l'économiste en chef de la Banque d'Angleterre Andy Haldane a calculé que le montant total de la catastrophe à cause de la croissance économique manquée était comprise entre 60.000 et 200.000 milliards de dollars, soit 1 à 5 fois le PIB de la planète.

    La crise financière et économique de 2008-2009 a constitué une sérieuse épreuve pour l'UE également. Le PIB total a perdu 4%, les investissements se sont réduits de 13%, le taux de chômage est passé de 7,1 millions à 9 millions de personnes.

    La commission du Congrès américain chargée de l'enquête sur les raisons de la crise a invoqué en janvier 2011 les causes suivantes: la régulation financière ratée, inefficace et imparfaite; les erreurs dans la gestion d'entreprise qui ont mené à une prise de risque excessive; la dette extrêmement élevée des propriétés immobilières; la hausse de la popularité des instruments financiers dérivés; la hausse de l'influence du système banquier parallèle (shadow banking) non régulé.

    A quand une nouvelle crise?

    Les crises financières se produisent une fois tous les 10-15 ans, c'est pourquoi l'économie mondiale risque de plonger dans la récession dès 2020, ont conclu les économistes de JP Morgan Chase.

    La principale locomotive de la crise sera cette fois la surchauffe sur le marché boursier et des matières premières. En cas de forte chute des actions, le marché n'aurait pas suffisamment d'acheteurs pour les actifs dévalués, ce qui pousserait le prix des actifs à risque encore plus bas, affirment les analystes.

    Par ailleurs, dans la situation actuelle, le monde pourrait être poussé vers une nouvelle crise financière par la confrontation commerciale grandissante entre les États-Unis et la Chine, indiquent les spécialistes.

    «Nous pourrions tout à fait nous retrouver dans la période financière la plus dangereuse depuis la crise de 2009 du fait des relations actuelles entre les États-Unis et la Chine», a indiqué sur les réseaux sociaux l'ex-secrétaire au Trésor américain, Lawrence Summers.

    Les experts du Centre d'études conjoncturelles du Haut collège d'économie (Moscou) ont déclaré plus tôt qu'une nouvelle crise, qui se traduirait par une chute du PIB, une hausse de l'inflation et des difficultés budgétaires, n'attendait pas l'économie russe avant un an, un an et demi, et qu'elle pourrait notamment être influencée par la guerre commerciale entre Washington et Pékin.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (septembre 2019) (12)
    Tags:
    crise, Lehman Brothers
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik