La présentatrice russe Ksénia Sobtchak

Actrice, animatrice, Présidente? Le parcours de la «Paris Hilton russe», rivale de Poutine

© Sputnik . Ramil Sitdikov
Élection présidentielle russe de 2018
URL courte
Présidentielle 2018 en Russie (110)
9225

Après que la présentatrice Ksénia Sobtchak a annoncé son intention de briguer le fauteuil présidentiel russe, Sputnik s'emploie à examiner de près le parcours de cette personnalité qui s'est essayée dans de multiples domaines mais est une parfaite novice en politique, selon le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov.

Journaliste, actrice, animatrice, Ksénia Sobtchak s'est portée mercredi candidate à la présidentielle russe. La nouvelle a immédiatement suscité nombre de réactions très diverses concernant, entre autres, son expérience politique. Devrait-elle «apprendre à partir de zéro» à déplacer ses pièces sur l'échiquier politique, comme l'a prédit Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin? Nous vous invitons d'abord à prendre connaissance de sa biographie avant de tirer vos propres conclusions.

Ksénia est née en 1981 à Saint-Pétersbourg, Léningrad à l'époque, dans la famille d'Anatoli Sobtchak, qui, dans les années 1990, allait occuper le poste de maire de Saint-Pétersbourg et travailler avec Vladimir Poutine. Au début des années 2000, M.Sobtchak a été membre de l'équipe de campagne du candidat à la présidentielle Vladimir Poutine.

Carrière

Son expérience médiatique l'a conduite de shows de divertissement et de mode, tels que «Top Model Russia», «Entre filles», à des émissions sérieuses comme «La liberté de l'esprit». Parmi les autres programmes auxquels Ksénia a participé en tant que présentatrice, on trouve la compétition de survie «Le dernier héros-6», le jeu télévisé «Qui ne veut pas gagner des millions?», le programme musical «Deux étoiles».

 

 

De même, elle a travaillé comme animatrice et co-animatrice à la radio, a été présentatrice de la cérémonie de remise des récompenses musicales Muz-TV et a interprété des rôles dans plusieurs films russes.

Ksénia a également été en première ligne du journalisme écrit. De 2012 à 2014, elle a occupé le poste de rédactrice en chef du magazine féminin SNC, anciennement appelé Sex and the city. Depuis 2014, elle est aux commandes de L'Officiel russe.

Outre des articles pour des magazines, elle a écrit plusieurs livres, dont «Les trucs de style de Ksénia Sobtchak» ou encore «La philosophie dans le boudoir».

Ksénia poursuit actuellement ses activités dans les médias: le programme «Sobtchak live» est diffusé sur la chaîne de télévision Dojd. En octobre sont parues des informations selon lesquelles elle travaillerait sur un film documentaire pour la 80e anniversaire de son père pour lequel elle aurait d'ailleurs interviewé le dirigeant russe.

Le magazine Forbes la place en 10e position de son classement des «Principales célébrités russes de l'année 2017». Sa fortune est estimée à 2,1 millions de dollars (environ 1,8 million d'euros), toujours selon Forbes.

Le 18 octobre, Ksénia Sobtchak, 35 ans, s'est déclarée prête à se présenter à l'élection présidentielle russe programmée pour mars 2018. Dans une vidéo publiée sur son site de campagne lancé mercredi, elle affirme qu'elle souhaite représenter par sa candidature le vote «contre tous», une option supprimée en 2006 pour les élections fédérales en Russie.

La prochaine élection présidentielle russe doit avoir lieu le 18 mars 2018. La présidentielle de 2012 a été remportée par Vladimir Poutine, alors chef du gouvernement, avec plus de 63% des votes.

Dossier:
Présidentielle 2018 en Russie (110)

Lire aussi:

Programme électoral? La candidate à la présidentielle russe n'en a pas besoin
La rivale de Poutine à sa conférence de presse: faut-il s’attendre à un débat?
Poutine, parrain de Ksénia Sobtchak? La candidate lève le voile
Tags:
parcours, carrière politique, présentateur de télévision, animateur, écrivains, candidature, acteur, présidence, médias, Présidentielle russe 2008, Ksénia Sobtchak, Vladimir Poutine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik