Ecoutez Radio Sputnik
    Militaires russes

    Les événements militaires et spatiaux les plus attendus en Russie en 2016

    © AFP 2019 Kirill Kudryavtsev
    Russie
    URL courte
    191122
    S'abonner

    Cette année, les forces aériennes russes comptent poursuivre leurs frappes contre les terroristes de Daech en Syrie. Les forces aérospatiales et la marine russes s'apprêtent à recevoir de nouvelles munitions. Mais qu'a-t-il d'autre dans l'agenda militaire et spatial russe pour l'année 2016?

    Système de missiles russe RS-24 Yars
    © Photo. Ministère de la Défense de la Russie
    Plein de choses attendent la Russie tant dans l'espace que sur le champ de bataille en 2016. Voilà la liste des tâches à accomplir.

    Cinq objectifs du président

    Lors d'une réunion annuelle du ministère russe de la Défense en décembre, le numéro un russe a énuméré cinq tâches auxquelles le complexe militaro-industriel russe doit s'atteler pour l'année à venir.

    Premièrement, surveiller la situation militaro-politique mondiale et introduire des précisions dans les projets du pays en matière de défense. Deuxièmement, poursuivre le rééquipement des forces armées russes et maîtriser les munitions et matériels militaires modernes. Troisièmement, renforcer le potentiel militaire des forces nucléaires stratégiques et réaliser des programmes de défense spatiaux. Quatrièmement, augmenter l'intensité de formation opérationnelle et militaire, y compris le déploiement des troupes, la création des groupes spéciaux dans les régions menacées, l'accomplissement des tâches de dissuasion nucléaire stratégique, ainsi que de défense aérienne. Et finalement, développer la coopération militaire avec les alliés et partenaires, avec ceux membres de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) en premier lieu.

    L'entraînement des militaires amélioré

    L'opération de l'Armée de l'air russe conduite en Syrie et visant le groupe terroriste Daech se poursuivra en 2016, financée avec les fonds destinées aux exercices militaires.

    "La campagne des forces aérospatiales russes en Syrie est le meilleur test de leur aptitude opérationnelle et ne requiert pas de dépenses immenses du budget", a déclaré Vladimir Poutine au cours de sa grande conférence de presse annuelle.

    Des tirs spatiaux attendus depuis longtemps

    L'un des événements les plus attendus de l'année 2016 sera le premier tir depuis le cosmodrome de Vostotchny. En avril, la fusée Soyouz-2.1a mettra en orbite les satellites Lomonosov et Aist-2d, ainsi que le nanosatellite Samsat-218.

    Le cosmodrome de Vostotchny est un projet spatial civil russe, qui est situé dans la région de l'oblast d'Amour, dont la construction a été initiée en 2010. Le cosmodrome est censé assurer à la Russie un accès indépendant dans l'espace.

    Par ailleurs, en juin, le cosmodrome de Baïkonour s'apprête à lancer le vaisseau spatial Soyouz MS-01, la mission est destinée à transporter trois membres de l'Expédition 47 vers la Station spatiale internationale (ISS).

    De nouveaux types d'armes

    L'année 2016 prévoit la réalisation du programme de soutien au complexe militaro-industriel. De nouvelles armes seront élaborées pour se retrouver ensuite entre les mains des forces aérospatiales russes, ainsi que de la marine et des forces nucléaires stratégiques.

    De plus, la Russie s'attend à un printemps d'essais: deux missiles balistiques intercontinentaux seront testés, à savoir le RS-26 Roubej et le Sarmat. Le premier missile, le RS-26 Roubéj, est une arme d'une nouvelle génération censée remplacer les missiles Topol actuellement en service. Cet engin, comme le Sarmat, est équipé des systèmes MIRV (Multiple Independently targeted Reentry Vehicle) et MARV (Maneuverable Re-entry Vehicle), ce qui signifie que la tête de ce missile comprend plusieurs ogives guidées qui suivent chacune leur trajectoire lors de l'entrée dans l'atmosphère, alors que MARV est un système permettant d'éviter le bouclier anti-missile de l'ennemi.

    Le potentiel militaire de la marine russe augmenté

    Des navires de surface vont grossir finalement les rangs de la marine russe, il s'agit en premier lieu de l'Amiral Gorchkov, un porte-avions de classe Kiev.

    ​Une série de sous-marins non nucléaires (composée de six Varshavyankas-636, code Otan: Improved Kilo) sera intégrée au sein de la flotte de la mer Noire, et quant aux bâtiments de surface, l'Amiral Grigorovic sera la première frégate du projet 11356 à étoffer la marine russe de la mer Noire.Des événements marquants aussi pour la flotte sous-marine atomique: le dernier de la série des sous-marins de classe Boreï sera mis en service par l'entreprise Sevmash et le deuxième sous-marin nucléaire d'attaque de classe Iassen rejoindra la flotte.

    Rééquipement dans les airs

    Les travaux de construction du bombardier stratégique Tu-160M2 se poursuivront. Le bombardier sera doté d'équipement 100% électronique à son bord, son entrée en service est prévue vers 2023. Les essais de l'avion PAK FA T-50 prendront fin. Le ministère russe de la Défense entend d'ailleurs conclure des contrats de livraison de nouveaux chasseurs MiG-35 dont les forces aérospatiales russes pourront provisoirement se servir entre 2018 et 2020.

    ​De même, il est envisagé d'entamer la production d'un hélicoptère innovant Kamov-62 qui sera capable d'opérer dans la zone arctique en transportant jusqu'à 15 personnels.

    Des missiles extrêmement nécessaires

    Les forces armées russes recevront deux systèmes de missiles balistiques Iskander. En cela, les systèmes sont toujours en cours d'amélioration: quatre types de missiles aérobalistiques et un missile de croisière sont déjà conçus.

    Cinq régiments de défense antiaérienne seront armés de systèmes S-400 Triumph de longue portée, et des missiles de plus longue portée sont déjà élaborés.

    Les essais du système de défense antiaérien Sosna, censé contrer les attaques aériennes ainsi que les vols de reconnaissance, sont aussi prévus pour l'année 2016.

    Des plateformes blindées prometteuses

    Le complexe militaro-industriel russe s'apprête à procéder à la production en série de munitions et de matériels militaires. Des plateformes comme l'Armata, le Boomerang, le Kourganets, le Taïfoun ont un potentiel presque illimité de modernisation

    Les essais industriels du char Armata s'achèvent en 2016, arriveront ensuite les essais au niveau de l'Etat pour finir avec l'entrée en service.

    Rééquipement et unification des forces aérospatiales russes

    Les forces aérospatiales russes poursuivront le rééquipement et l'unification des matériels en service. Le nombre de radars et de systèmes de défense antiaériens achetés sera réduit de 50% en raison de nouveaux radars et systèmes de défense aériens et antimissiles qui arrivent et qui sont capables de détecter un large éventail de cibles.

    Ensuite, les forces aérospatiales, les premières parmi les forces armées en Russie, se serviront dès l'année 2016 exclusivement de moyens de communication digitaux, ce qui s'explique par la quantité croissante d'avions se déplaçant à une vitesse supersonique et par la nécessité de détecter de telles cibles au plus vite.

    De surcroît, le rééquipement devient aussi une réalité pour les forces aériennes de Crimée. Concrètement, la péninsule recevra six nouveaux systèmes de direction d'appareils spatiaux.

    Le développement du système d'avertissement d'attaques balistiques

    Une double couverture radar dans certaines directions permettra de détecter les objets balistiques, spatiaux, aérodynamiques, y compris les missiles balistiques ainsi que de croisière.

    Précédemment, la Russie avait annoncé avoir fermé entièrement son champ de radar pour protéger son territoire des attaques balistiques.

    Un avenir radieux en matière d'exportations

    A l'été 2016, les porte-hélicoptères de type Mistral, initialement destinés à la Russie, arriveront en Egypte et les équipages égyptiens seront familiarisés avec l'équipement à bord.

    Les systèmes S-300 se dirigeront vers l'Iran aussi en 2016.

    Ensuite, la Chine s'apprête à recevoir 24 avions multirôles russes Su-35, le montant du contrat est estimé à deux milliards de dollars, soit 83 millions de dollars par avion.
    Moscou poursuit également des pourparlers avec l'Indonésie s'agissant d'un crédit préférentiel de trois milliards de dollars pour acheter des armes russes, des chasseurs Su-35 entre autres. Les Emirats arabes unis semblent eux aussi intéressés par ces chasseurs, les négociations se poursuivent.

    Lire aussi:

    L'avion russe MiG-41: un secret militaire bien gardé
    La Russie prépare un drone sous-marin d'attaque de nouvelle génération
    Chasseur russe de 5e génération T-50: un "robot volant"
    Les flottes russe et chinoise, un défi pour la marine US
    Comment la Chine change les règles du jeu sous les mers
    Tags:
    véhicules blindés, missiles, marine, entraînements, tir d'essai, chasseur, tirs, espace, armements, Avangard (bloc hypersonique), RS-28 Sarmat (missile lourd), Vladimir Poutine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik