Russie
URL courte
37711
S'abonner

Si vous êtes un gros gourmand et que vous en avez assez de manger des burgers, rendez-vous en Russie pour un authentique voyage gastronomique. Prianiki, pelmeni et autres blinis au caviar vous attendent pour une dégustation originale sans risquer de vous empoisonner!

Qu'est-ce que le tourisme gastronomique?

Il n'existe pas de définition précise du tourisme gastronomique. On remarque même ce problème au niveau linguistique. Par exemple, les études menées aux Etats-Unis indiquent que les gens sous-entendent des choses complètement différentes par les notions à première vue similaires, comme "food tourism", "culinary tourism" ou "gastronomy tourism". 

D'après le président du Centre œnogastronomique international, vice-président de la Fédération des restaurateurs et des hôteliers de Russie, membre du conseil d'experts pour le tourisme gastronomique de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) de l'Onu, Leonid Guelibterman le tourisme gastronomique au sens strict du terme peut avoir plusieurs interprétation dont  des tours vinicoles et gastronomiques spéciaux,  des visites des sites de tourisme gastronomique, des visites de restaurants avec une cuisine originale etc.

Selon l'OMT (étude Rapport global sur le tourisme gastronomique), 79% des voyageurs établissent leur itinéraire en ayant préalablement étudié le calendrier des événements gastronomiques et les particularités de la cuisine locale. Un touriste sur trois de la planète considère la cuisine nationale comme une composante importante de la motivation à voyager, sachant que la nourriture représente près de 30% des dépenses totales pendant le séjour.

Les principales tendances mondiales dans le développement du tourisme gastronomique

L'ensemble du marché mondial du tourisme gastronomique est évalué à 42 milliards de dollars et il a ses propres leaders. En Europe, par exemple – la France, l'Italie, l'Espagne. En Asie, Singapour et Hong Kong se disputent désespérément le statut de la capitale gastronomique. Tandis que le Japon assiste à tout cela avec le sourire, car rien que Tokyo compte 217 restaurants du guide Michelin. Ces géants gastronomiques sont talonnés par l'Inde, la Thaïlande et la Corée du Sud. La demande pour le tourisme gastronomique grandit en Amérique latine et du Sud, notamment au Pérou et au Mexique. C'est pourquoi le 2e Forum mondial de l'OMT sur le tourisme gastronomique s'est déroulé en mai 2016 à Lima.

Le tourisme gastronomique en Russie 

Le tourisme gastronomique n'est pas une nouveauté pour la Russie et a une assez longue histoire. On peut le voir, par exemple, dans les lettres de Pouchkine à Sobolevski sur les pâtes et le parmesan, ainsi que les œufs au plat. 

Les racines historiques peuvent et doivent servir de base pour le tourisme gastronomique russe. Prenons l'exemple du pain d'épice russe prianik. En Russie impériale les prianiks pouvaient être imprimés avec un dessin, découpés en forme d'animaux ou autres, ou moulés.

Les prianiks étaient fabriqués à Moscou avec du miel de tilleul et du sirop noir. A Tver on vendait des prianiks à la menthe. Pouchkine parle des prianiks dans son Conte du pêcheur et du petit poisson. Alecha Popovitch reçu par le prince Vladimir "apprenait à manger des prianiks imprimés avec du vin étranger". Le marchand Baranov de Tver, qui vendait des prianiks, tenait des magasins à Paris, à Londres et à Berlin. C'est de l'histoire.

De nos jours, c'est la ville de Toula qui utilise le plus le contexte historique du prianik. On y trouve le musée des prianiks qui attire de nombreux visiteurs. Et surtout, ses habitants ont réussi à enraciner chez les Russes un stéréotype: un prianik est forcément de Toula. C'est ainsi que s'établissent les spécialités régionales gastronomiques au niveau fédéral.

Autre exemple – la fameuse guimauve de Kolomna (pastila). Catherine II l'adorait, Dostoïevski en parlait dans ses livres. En 2009, le Musée de la guimauve a ouvert ses portes à Kolomna où, grâce aux études réalisées et aux technologies restaurées, il est possible de goûter toute une collection de saveurs oubliées, près de 20 sortes de guimauve, y compris la pastila préférée de Dostoïevski.

La ville de Belev, région de Toula, était à une époque connue en Europe en tant que fournisseur de guimauve à la pomme. Aujourd'hui, plusieurs entreprises de Belev travaillent activement sur le marché de la grande majorité de régions russes, vendent leurs produits en Europe et contribuent à l'affluence touristique dans la ville.

 

Sur quels plats russes / cuisines régionales / traditions gastronomiques locales faut-il se concentrer avant tout pour réussir à présenter la Russie dans le monde comme une destination intéressante pour le tourisme gastronomique?

 

"Je n'ai pas de réponse simple à cette question. Evidemment, d'une manière ou d'une autre il faut utiliser le thème de la vodka. Je pense qu'il faut accorder une attention au peu de plats qui sont assimilés à la Russie dans le monde. Je veux parler du bœuf Stroganov, de la salade russe, de la soupe au chou (chtchi), des pelmeni et des blinis au caviar. Mais n'oublions pas que près de 180 ethnies vivent en Russie, et chacune a ses propres traditions gastronomiques. Tous les experts étrangers à qui j'ai parlé ont été unanimes: +Vendez votre diversité inégalable+", explique le spécialiste.

 

Y a-t-il des projets de tourisme gastronomique qui marchent aujourd'hui en Russie?

 

Oui. Je voudrais noter avant tout le projet complexe créé à Abrau-Durso (territoire de Krasnodar). Il y a de très bons projets en Altaï, dans les régions de Tver et de Toula, ainsi que dans l'Oural. Pratiquement chaque région de la Russie a ses propres événements gastronomiques: le festival du fromage d'Adygué, la journée de la poire techerkesse, la fête du carassin dans la région de Novossibirsk, le festival de l'oie de Chadrinsk dans le Kourgan, la grande soupe au poisson de Rostov dans la région d'Iaroslavl, la fête de la pomme de terre de Tambov, la fête des tomates à Syzran et le festival de la cerise de Jigoulevsk dans la région de Samara, "Sa majesté le concombre" dans la région de Smolensk, le festival du chou en Tchouvachie, "Cuisons la kacha" à Kachine (région de Tver), la fête des buuz en Bouriatie, la fête de la pastèque dans la région d'Orenbourg, le festival de la fraise de Balakovo, la "Table de Ranenbourg" dans la région de Lipetsk, le "Dimanche du mouton" dans la région d'Arkhanguelsk et bien d'autres. Il existe même un projet internet "La carte gastronomique de la Russie". Mais à ce que je sache, personne ne possède des informations objectives complètes à ce sujet.

 

Les sanctions ont soudainement augmenté l'intérêt pour les produits locaux et la cuisine locale. L'intérêt pour les produits locaux et la cuisine régionale est une tendance mondiale, et la Russie ne fait pas exception. Nous ne risquons pas l'annulation de la mondialisation, par conséquent, les gens éprouveront toujours de l'intérêt pour la recherche de leurs racines, pour l'identification à travers la culture, y compris gastronomique.


Lire aussi:

Les secrets du gâteau de Pâques de Poutine dévoilés
Des Italiens face à la cuisine russe
Festival de la cuisine tchèque à Moscou
Qu'est-ce qui rend fous les étrangers vivant en Russie?
Tags:
crêpe, burger, cuisine traditionnelle, caviar, gourmandises, voyages gastronomiques, voyages, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik