Ecoutez Radio Sputnik
    Igor Konachenkov

    Moscou: l'Occident parle de «catastrophe humanitaire» à Alep, mais où sont les faits?

    © Sputnik . Ministère russe de la Défense
    Russie
    URL courte
    411012

    L’Occident évoque une «catastrophe humanitaire» à Alep où les militaires russes aident les forces gouvernementales à lutter contre les terroristes. Dans le même temps, aucune proposition d’aide humanitaire n’a jusqu’à présent été avancée par les États-Unis et leurs alliés qui ne cessent de critiquer Moscou.

    La déclaration commune des leaders américain, britannique, canadien, français, italien et allemand sur une « catastrophe humanitaire » dans la ville d’Alep manquent de faits et de détails concrets, a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

    « Dans la lettre publiée en leur nom sur le site du gouvernement britannique (sans d’ailleurs indiquer les noms), ils (les dirigeants occidentaux) évoquent une "catastrophe humanitaire" à Alep. Comme de coutume, elle ne contient aucun fait et aucun détail concret », indique le porte-parole.

    « Tout le monde est censé croire sur parole ces véritables gentlemen », a-t-il remarqué avec ironie.

    Le ministère des Affaires étrangères a déclaré pouvoir aider à livrer de l’aide humanitaire à Alep si les partenaires occidentaux en disposent. « Si vous n’avez pas d’aide humanitaire, aucune lettre et aucune vaine promesse n’aideront à apaiser la faim des habitants d’Alep », a conclu M. Konachenkov.

    Selon le ministère russe de la Défense, pour le moment, les terroristes ont été délogés de 70 % du territoire d’Alep.

    La déclaration des leaders des six pays a été publiée mercredi. Les chefs d’États occidentaux n’excluent pas notamment de pouvoir imposer des sanctions aux alliés du président syrien Bachar el Assad. Ils accusent également la Russie de réticence à obtenir un règlement politique de la crise syrienne.

    La Russie aide les forces gouvernementales syriennes à combattre les djihadistes de plusieurs groupes terroristes dirigés par le Front al-Nosra, qui continuent à contrôler une partie d’Alep. Les pays occidentaux affirment que les groupes en question font partie de l’ « opposition modérée » malgré les crimes contre l’humanité que ces derniers commettent au quotidien en tuant des civils et en les utilisant en tant que bouclier humain.

    Selon une source militaire, lundi, les terroristes ont bombardé au mortier un hôpital mobile russe en Syrie. La tragédie s'est produite entre 12h21 et 12h30 (heure locale). Les infirmières Nadejda Douratchenko et Galina Mikhaïlova ont été tuées sur le coup. Le pédiatre Vadim Arsentiev, grièvement blessé, a été évacué lundi à la base aérienne de Hmeimim, puis dans la nuit de lundi à mardi à l'aérodrome militaire de Tchkalovski par un avion spécial doté d'un module médical. Le médecin blessé se trouve actuellement à l'hôpital Bourdenko. 

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Syrie: «Les sanctions prouvent l'impuissance politique de l'Occident»
    Des soldats d’élite tchétchènes protègeront la base aérienne russe en Syrie
    Des soldats turcs attaqués en Syrie par un drone iranien
    Deux infirmières russes perdent la vie en Syrie
    Tags:
    détails concrets, déclaration, ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, Royaume-Uni, France, Allemagne, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik