Ecoutez Radio Sputnik
    La radio Echo de Moscou

    Poutine entre dans le vif sur l'attaque au couteau contre la journaliste russe

    © Sputnik . Anton Denisov
    Russie
    URL courte
    22790
    S'abonner

    Vladimir Poutine a déclaré qu’il n’y avait aucun rapport entre la liberté d’expression et l’attaque au couteau contre la journaliste Tatiana Felgengauer survenue il y a une semaine dans la rédaction de la station de radio Écho de Moscou.

    Lors d'une réunion du Conseil des droits de l'homme, le Président russe a fait remarquer qu'il n'y avait aucun sous-entendu dans l'attaque contre l'animatrice de la radio Écho de Moscou. Cette déclaration survient après que le membre du Conseil des droits de l'homme Stanislav Kutcher a évoqué cette attaque dans un contexte de «guerre civile froide en Russie». Vladimir Poutine a fait savoir qu'il n'était pas d'accord avec cette affirmation:

    «Vous avez évoqué Écho de Moscou, mais quel est le rapport? Une personne malade est arrivée, quel est le rapport avec la liberté d'expression? Il est venu d'Israël et a agressé cette journaliste», a déclaré Vladimir Poutine.

    Et de poursuivre:

    «Écho de Moscou fonctionne avec des fonds publics, ce qui n'existe dans aucun pays du monde. Est-ce que vous pouvez imaginer qu'une station de radio similaire existe en Europe? Ou aux États-Unis? C'est impossible.»

    Un homme armé d'un couteau s'est introduit le 23 octobre dans la rédaction de la radio Écho de Moscou, au centre de la capitale russe, blessant au cou Tatiana Felgengauer, rédactrice en chef adjointe et animatrice de la radio. L'individu, un certain Boris Grits âgé de 48 ans, a été maîtrisé par le service de sécurité, avant d'être remis à la police. Il s'est plus tard dit victime d'une «attaque télépathique sexuelle» de Mme Felgengauer. Le tribunal Presnenski de Moscou l'a placé en détention provisoire jusqu'au 23 décembre.

    Tags:
    attaque au couteau, journalistes, Écho de Moscou, Boris Grits, Tatiana Felgengauer, Vladimir Poutine, Moscou, Europe, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik