Ecoutez Radio Sputnik
    Une fête des Tatars de Crimée

    Projet de résolution de Kiev sur la Crimée: «mensonges», dit le vice-premier ministre

    © Sputnik . Artiom Kreminsky
    Russie
    URL courte
    2132
    S'abonner

    Le vice-premier ministre criméen, Dmitri Polonski, qualifie de mensonge éhonté les accusations de discrimination contenues dans un projet de résolution sur les droits de l’Homme en Crimée que Kiev a déposé aux Nations Unies

    Un nouveau projet de résolution sur les droits de l'Homme en Crimée déposé par l'Ukraine à l'Onu n'est pas resté sans réaction sur la péninsule.
    Le vice-premier ministre du gouvernement criméen, Dmitri Polonski, a critiqué ce nouveau document de Kiev qui réclame notamment de lever l'interdiction de l'Assemblée des Tatars de Crimée et de dispenser l'enseignement en ukrainien et en tatar de Crimée.

    «En ce qui concerne l'interdiction. L'Assemblée des Tatars de Criméeest reconnue en Russie comme organisation extrémiste, c'est la raison pour laquelle elle a été interdite. Si la partie ukrainienne dépose une telle résolution, qu'elle dépose d'emblée une résolution sur la reconnaissance de Daech et d'autres organisations terroristes ayant le droit d'existence sur le territoire des pays membres de l'Onu. Car, au fond, la revendication est similaire», a expliqué M. Polonski.

    Il a ajouté que réclamer l'enseignement en ukrainien et en tatar de Crimée était dénué de fondement.

    «Trois langues officielles existent sur le territoire de la République de Crimée: le russe, l'ukrainien et le tatar de Crimée. L'enseignement dans ces langues se fait conformément au choix des parents, porté sans aucune pression. C'est la raison pour laquelle il n'y a aucun problème de discrimination. La question est de savoir si les Criméens souhaitent faire des études dans telle ou telle langue. Si quelqu'un affirme le contraire, il ment d'une manière éhonté et poursuit des objectifs politiques quelconques», a conclu le fonctionnaire.

    Comme annoncé, l'Ukraine a déposé à la troisième commission de l'Assemblée générale des Nations Unies un nouveau projet de résolution portant sur la soi-disant violation des droits de l'Homme en Crimée qui sera soumis au vote à la mi-novembre.

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    L’aviation russe aurait empêché Israël de bombarder une base militaire syrienne
    Homicides, coups et blessures, agressions sexuelles... La France s'enfonce dans la violence
    Tags:
    projet de résolution, droits de l’homme, ONU, Crimée, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik