Ecoutez Radio Sputnik
    Les Tatars de Crimée sont prêts à parler à l’Onu du respect de leurs droits

    Les Tatars de Crimée sont prêts à parler à l’Onu du respect de leurs droits

    © Sputnik . Konstantin Chalabov
    Russie
    URL courte
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)
    9400

    Les Tatars de Crimée sont prêts à expliquer à l’Onu la réelle situation avec leurs droits dans la péninsule, a déclaré le chef de l’organisation des Tatars de Crimée Inkichaf en réponse au projet de résolution ukrainienne à ce sujet.

    Les Tatars de Crimée sont prêts à aller à l'Onu pour raconter la réelle situation dans la péninsule à la communauté internationale, a déclaré le chef de l'organisation des Tatars de Crimée Inkichaf, Eskender Bilialov, dans le contexte du dépôt du projet de résolution ukrainienne concernant la situation des droits de l'homme en Crimée à l'Assemblée générale de l'Onu.

    Le document adopté le 14 novembre par la troisième commission de l'Assemblée générale qui traite des questions sociales, liées aux affaires humanitaires ou aux droits de l'homme, formule à la partie russe certaines recommandations relatives à la situation concernant les droits de l'homme et les minorités ethniques dans la péninsule.

    «Je suis prêt à aller à l'Onu ou n'importe où pour dire la vérité à propos de ce qui se passe en Crimée», a déclaré M.Bilialov.

    Cela étant, il a proposé d'organiser une série de visioconférences où des représentants des peuples de la Crimée pourraient faire savoir à la communauté internationale la vérité sur la réelle situation dans la péninsule et sur les conditions créées pour leur développement.

    Le projet de résolution ukrainienne sur des violations des droits de l'homme et des discriminations à l'égard de la population locale a été préparé par 40 pays, dont les États-Unis, le Royaume Uni, la France, l'Allemagne et les pays baltes. Il a été soutenu par 71 États, 25 se sont prononcés contre et 77 se sont abstenus.

    Les Tatars de Crimée sont un des groupes ethniques habitant en Crimée. Il compte plus de 200.000 personnes soit 12% de la population. Leur langue est une de trois langues officielles de la Crimée avec le russe et l'ukrainien.

    La Crimée et la ville de Sébastopol sont redevenues russes à l'issue d'un référendum tenu en mars 2014 dans le sillage de la crise politique en Ukraine consécutive au renversement du Président Viktor Ianoukovitch. Lors du scrutin, dont les résultats ne sont pas reconnus par Kiev et ses partenaires occidentaux, plus de 96% des votants se sont prononcés en faveur de la réunification avec la Russie.

    Dossier:
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)

    Lire aussi:

    Versailles sous des nuages épais de fumée à cause d'un incendie (vidéos)
    «Fumée jaune», propagation… Réflexions d'un ancien pompier sur le sort de Notre-Dame
    Le RAID déployé à Lourdes, une personne blessée lors d'une prise d'otages
    Tags:
    situation, projet de résolution, droits de l’homme, péninsule, Tatars de Crimée, Assemblée générale des Nations unies, ONU, France, Allemagne, Royaume-Uni, États-Unis, Sébastopol, Russie, Ukraine, Crimée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik