Ecoutez Radio Sputnik
    Un Yak-1

    Pilote catapulté? Des débris d’un avion du Normandie-Niémen remontés d’un lac en Russie

    © Sputnik . V. Kouniaev
    Russie
    URL courte
    2311

    L’étude des fragments d’un avion du régiment Normandie-Niémen récemment repêchés dans un lac de l’ouest de la Russie a permis de déterminer la nature de l’appareil ainsi que des détails de son crash. En outre, la version selon laquelle le pilote aurait réussi à s’éjecter est désormais avancée.

    Le moteur et d’autres débris d’un chasseur ayant appartenu au Normandie-Niémen, ce régiment de chasse engagé dans la lutte contre l’Allemagne nazie sur le front de l’Est, ont été remontés à la surface d’un lac de la région de Smolensk, a fait savoir le service de presse du District militaire Ouest du pays.

    Comme le précise la source, dans le village de Byvalki, des hommes-grenouilles du ministère russe de la Défense ont récupéré de petits fragments métalliques de l’épave gisant par six mètres de fond ainsi que le moteur pesant plus de 900 kg.

    Pilotes du régiment Normandie-Niemen à l'aérodrome de Bourget
    © Sputnik .
    Pilotes du régiment Normandie-Niemen à l'aérodrome de Bourget

    Igor Migounov, chef du service de presse, a en outre souligné que l’examen de ce dernier avait permis d’établir qu’il s’agissait d’un Yak-1, et non d’un Yak-3 ou d’un Yak-9 comme il l’avait initialement supposé.

    «Après que le moteur a été remonté, les spécialistes ont confirmé à l’aide de son numéro qu’il s’agissait du lieu de la chute d’un avion Yak-1», a-t-il expliqué.

    Lors de cette deuxième étape de l’opération de recherche, plus de 1.000 fragments du fuselage et de l’équipement de l’appareil ont été découverts.

    «La dispersion des fragments sur une surface de 20 sur 15 mètres, leur état et le fait que l’épave se trouve à plus de six mètres de profondeur témoignent d’une chute verticale à une vitesse élevée – près de 500 km/h», a-t-il ajouté.

    Un chasseur Yak-9
    © Sputnik . Anatoly Sergeyev-Vasiliev
    La veille de cette déclaration, le service de presse avait annoncé le début de la phase finale de la remontée à la surface de l’avion en question. Menés par les spécialistes du District militaire Ouest et du centre des expéditions du ministère russe de la Défense ainsi que par des représentants français, les travaux seront menés à bien d’ici à la fin du mois d’août. Les restes du pilote n’ayant toujours pas été découverts, on n’exclut pas qu’il soit parvenu à se catapulter de l’appareil juste avant le crash. Auparavant, il avait été supposé qu’il s’agissait de Paul de Forges, tombé le 31 août 1943 dans la région de Smolensk.

    Le groupe de chasse Normandie-Niémen, une unité des Forces françaises libres, a combattu sur le territoire soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale à l’appel du général de Gaulle et du gouvernement soviétique. Formé en décembre 1942 à Ivanovo, le régiment Normandie s’est illustré à la bataille de Koursk. En novembre 1944, le groupe de chasse a reçu le nom d’honneur Normandie-Niémen pour sa participation aux batailles du fleuve Niémen, un fleuve de l’ex-Union soviétique qui se jette dans l’est de la mer Baltique.

    Lire aussi:

    Pour que vive l’esprit du Normandie-Niémen
    Un ex-légionnaire réalise un périple de 5.000 km à vélo en hommage au Normandie-Niemen
    Une plaque commémorant l’escadron Normandie-Niemen inaugurée au Bourget
    Tags:
    épave, lacs, avion, escadrille Normandie-Niemen, Iak, ministère russe de la Défense, Russie, URSS, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik