Ecoutez Radio Sputnik
    tempête en Crimée

    «Encore la guerre»? Deux Français défont les préjugés européens sur la Crimée

    © Sputnik . Sergueï Malgavko
    Russie
    URL courte
    Diana Saifullina
    11983

    Las de croire les médias et curieux de vivre leur propre expérience, deux Français, Florian et Aurélien Deshayes, sont partis à la découverte de la Crimée. Ils ont décrit dans une interview à Sputnik la situation actuelle sur la péninsule et ont averti des difficultés qui y attendent les Européens.

    «On va découvrir cette terre qui a fait couler tant d'encres dans les relations internationales ces cinq dernières années», se sont dit les deux frères, Florian et Aurélien Deshayes avant d'organiser leur voyage en Crimée en août 2018.

    Ces Français ont partagé au micro de Sputnik leurs impressions pour ouvrir les yeux à leurs concitoyens et briser le silence des médias mainstream.

    «Je ne savais pas à quoi m'attendre. Je voulais des surprises, et casser les stéréotypes. Parce que c'est vrai, on a entendu parler qu'il y avait peut-être encore la guerre», a expliqué Florian.

    Voyage de Florian et d'Aurélien en Crimée
    © Photo. Florian et Aurélien
    Voyage de Florian et d'Aurélien en Crimée

    Qui plus est, il s'est avéré que leurs amis et leur famille en savaient très peu sur la péninsule russe, leur demandant si elle n'était pas «interdite pour les Européens» ou cherchant à «savoir où la Crimée se situait».

    Cependant, une fois sur place, toutes les craintes des frères ont disparu car ils ont découvert «un aéroport ultra moderne et tout neuf, des gens agréables, du soleil, de la chaleur, la mer, de magnifiques paysages», a commenté Florian.

    «La Crimée semble en plein renouveau. On y construit de nouvelles routes, il y a de nombreux travaux, notamment à Simferopol et aux alentours. C'est une région qui semble un peu pauvre par endroit, si on doit la comparer à d'autres régions visitées en Russie», a ajouté Aurélien.

    Il y a eu également des aspects qui ont étonné les Français, comme par exemple «de ne voir aucune marque, boutique ou restaurant international. Tout est 100% russe, ukrainien ou criméen», a noté Florian.

    Cependant, ils ont rencontré des problèmes lors de la réservation des hôtels via des applications utilisées en Europe car par exemple «Airbnb a bloqué son site et Booking n'autorise que les réservations pour les voyages liés au travail», a-t-il poursuivi.

    «Il semblait impossible de vouloir se rendre dans cette région en tant que touriste. Étonnant», a déploré Aurélien, ajoutant que leurs «applications GPS n'étaient pas à jour pour cette région du monde».

    Voyage de Florian et d'Aurélien en Crimée
    © Photo. Florian et Aurélien
    Voyage de Florian et d'Aurélien en Crimée

    En outre, Aurélien a conseillé à ceux et à celles qui décident d'aller en Crimée de «s'armer de patience pour obtenir un visa pour la Russie». Qui plus est, «on ne peut pas s'y rendre directement à partir de la France. Il faut prendre un vol à partir de Moscou par exemple».

    Une fois toutes les formalités administratives surmontées, les frères sont restés contents de leur voyage et disent à l'unisson que dès qu'une occasion se présentera, ils ne manqueront pas de revenir en Crimée.

    «Bref un petit coin de paradis encore sauvage», a conclu Florian.

    • Florian et Aurélien
      Florian et Aurélien
      © Photo. Florian et Aurélien
    • Voyage de Florian et d'Aurélien en Crimée
      Voyage de Florian et d'Aurélien en Crimée
      © Photo. Florian et Aurélien
    • Voyage de Florian et d'Aurélien en Crimée
      Voyage de Florian et d'Aurélien en Crimée
      © Photo. Florian et Aurélien
    1 / 3
    © Photo. Florian et Aurélien
    Florian et Aurélien

    Lire aussi:

    La Crimée est prête à accueillir des étrangers et Kiev n'y pourra rien
    Des politiciens ukrainiens se rendent-ils secrètement en Crimée?
    «Nouveau Monaco»: ce que la Crimée a et que les autres stations balnéaires n’ont pas
    Tags:
    médias mainstream, voyages, Crimée, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik