Russie
URL courte
9340
S'abonner

La diplomatie et la présidence russes ont dénoncé le 8 juillet les déclarations de l’animateur géorgien Giorgi Gabunia visant Vladimir Poutine. Selon le porte-parole du Kremlin, cette démarche «n’est pas digne du peuple géorgien».

Le ministère russe des Affaires étrangères a publié le 8 juillet sur son site un communiqué concernant la démarche de l’animateur Giorgi Gabunia, lequel s’était permis de lancer des obscénités en russe à Vladimir Poutine en plein direct de son émission «P.S.» sur la chaîne géorgienne Rustavi 2.

Selon la diplomatie russe, il s’agit d’une «nouvelle provocation des forces géorgiennes radicales visant à miner les relations russo-géorgiennes».

Dans le même temps, le ministère a indiqué qu’à l’inverse de l’incident du 20 juin au Parlement géorgien, les autorités du pays ne tentaient pas, cette fois, de «justifier les radicaux».

«Nous voyons aussi une indignation juste de la société géorgienne face à ce qui s’est passé», a-t-il ajouté.

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a, à son tour, qualifié cet incident de «grande honte» pour la Géorgie.

«Sans aucun doute, ce genre de comportement, qu’il soit provoqué par quelqu’un cherchant à détériorer davantage les relations russo-géorgiennes ou qu’il s’agisse de la conséquence de la folie, n’est pas digne du peuple géorgien», a-t-il précisé.

Auparavant, la Présidente géorgienne Salomé Zourabichvili et le Premier ministre du pays Mamuka Bakhtadze avaient aussi critiqué les déclarations de Gabunia .

Après la diffusion de l’émission, une centaine de personnes s’est rassemblée devant le siège de la chaîne en scandant «La Géorgie sans Rustavi 2». Les manifestants demandaient à la direction et à Giorgi Gabunia de présenter leurs excuses, réclamant également la démission de ce dernier.

Par la suite, Rustavi 2 a interrompu jusqu’au 8 juillet au matin la télédiffusion et a présenté ses excuses à l’audience.

Lire aussi:

En direct: une forte explosion se produit à Madrid, au moins trois morts - vidéos
Covid-19: «si le vaccin ne fonctionne pas, on n’a pas de plan B», estime une virologue
Trump en contact avec Poutine le jour de l’assaut du Capitole? Le Kremlin répond à Hillary Clinton
Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
Tags:
Géorgie (pays issu de l'ex-URSS), Vladimir Poutine, ministère russe des Affaires étrangères, Kremlin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook