Ecoutez Radio Sputnik
    Ministère russe des Affaires étrangères

    La réaction de Moscou aux tirs de missiles américains interdits par le Traité FNI

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    Russie
    URL courte
    178610
    S'abonner

    Moscou trouve regrettable le fait que les États-Unis aient effectué un tir de missile interdit par le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire et estime que cet acte prouve que la rupture du traité par les États-Unis était préparée depuis longtemps, selon le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

    Le test d’un missile de croisière d’une portée interdite par le Traité sur les forces nucléaire à portée intermédiaire (FNI) par les États-Unis est fâcheux. Cet essai prouve que la dénonciation du traité avait été préparée par les Américains depuis longtemps, a déclaré aux journalistes le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

    «La ferme intention des États-Unis d’accroître leur potentiel de déstabilisation dans un domaine qui jusque récemment était strictement et rigoureusement régulé par un traité, que les États-Unis ont abandonné il y a un peu plus de deux semaines, est préoccupant», a déclaré le diplomate.

    Il a fait état d’un «délai extrêmement court» qui a suffi aux États-Unis pour préparer et réaliser un test après la sortie du traité FNI.

    «Il est impossible de prendre de telles mesures en un laps de temps aussi court sans les préparer à l’avance. Ainsi nous avons reçu une confirmation tangible du fait que Washington avait longtemps mené les préparatifs de sortie du Traité FNI non seulement sur un plan propagandiste et politique, mais aussi sur un plan miltiaro-technique», a ajouté M.Riabkov.

    Il a signalé que «pendant ce temps, les États-Unis cherchaient un prétexte pour s’affranchir de ses engagements contractuels, ce qui est à déplorer».

    Moscou a également indiqué que lors des essais d’un missile Tomahawk modernisé, les États-Unis avaient utilisé la rampe de lancement polyvalente Mk-41.

    «Cela nous a fourni une nouvelle preuve évidente du fait que ces rampes sont destinées non seulement au lancement des missiles intercepteurs, mais aussi à celui des missiles de croisière dont nous avons longtemps parlés. C’est un élément important de nos reproches adressés aux États-Unis à propos du respect d’un traité qui n’est plus en vigueur», a constaté M.Riabkov.

    Test d’un missile à moyenne portée aux États-Unis

    Le traité FNI interdisant les missiles d’une portée entre 500 et 5.500 kilomètres a expiré le 2 août dernier.

    Le Pentagone a annoncé avoir testé dimanche 18 août un missile de croisière conventionnel basé au sol interdit par le traité FNI. Le missile a détruit une cible après un vol de plus de 500 kilomètres.

    Tags:
    Mk-41, Tomahawk, Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik