Ecoutez Radio Sputnik
    La galaxie (image d'illustration)

    Des cosmonautes russes expliquent pourquoi ils ne rêvent presque pas dans l’espace

    CC0 / lumina_obscura
    Russie
    URL courte
    0 181
    S'abonner

    Lors d’une ligne directe avec l’agence de presse Rossiya Segodnya, deux cosmonautes russes ont parlé de leurs conditions de sommeil dans l’espace. L’événement a été organisé pour la présentation du projet collaboratif de Roscosmos avec l’agence de presse pour soutenir un concours de sélection dans le corps des cosmonautes.

    Les équipages de la Station spatiale internationale (ISS) travaillent beaucoup et se fatiguent tellement qu'ils ne font presque pas de rêves, ont expliqué vendredi 4 octobre les cosmonautes russes Oleg Skripotchka et Alexander Skvortsov. 

    La ligne directe avec l'agence de presse Rossiya Segodnya a été organisée dans le cadre de la présentation du projet collaboratif de la corporation d’État Roscosmos avec ladite agence pour soutenir un nouveau concours de sélection dans le corps des cosmonautes.

    «Chez moi, sur Terre, je fais assez rarement des rêves - ici c’est pareil», a indiqué M. Skripotchka.

    L’autre cosmonaute, M. Skvortsov, a noté qu'il ne s’était pas du tout souvenu de ses rêves lors de son premier vol. Selon lui, c’est également lié au fait qu’il était énormément fatigué.

    Pourtant, il a indiqué que maintenant il faisait «parfois des rêves», notant que c’était son troisième séjour sur la Station spatiale internationale. D’après lui, il est très commode de dormir en apesanteur. 

    «Il n’y a pas besoin de se tourner d'un côté ou de l'autre. Tu te trouves en permanence dans un état léger de suspension», a expliqué M. Skvortsov. Il a comparé les sensations éprouvées avec une chute dans un puits, quand «on tombe quelque part» sans se souvenir ensuite de ce qui s’y est passé.

    Tags:
    concours, projet, Holding spatial russe Roscosmos, Rossiya Segodnya, espace, cosmonaute, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik