Russie
URL courte
175921
S'abonner

La Russie est prête à collaborer avec les États-Unis sur le développement pacifique de l'espace dans le contexte du décret de Trump sur l'exploration économique de la Lune, a déclaré le 14 avril le ministre russe des Affaires étrangères lors d'une vidéoconférence.

Sergueï Lavrov a déclaré le 14 avril lors d’une vidéoconférence que Moscou était d’accord pour coopérer avec Washington dans le domaine de l’exploration spatiale.

«Compte tenu des initiatives que le Président Trump a présentées, et il a directement souligné dans ce mémorandum la nécessité d’assurer un soutien international aux projets pour l’exploration, entre autres, de la Lune, conformément au traité de 1967, nous estimons cette approche juste et sommes prêts à coopérer pour en trouver des pleinement acceptables», a dit M.Lavrov.

Le décret de Trump

Le 6 avril, Donald Trump a signé un décret établissant le droit des Américains à exploiter les ressources spatiales, à savoir la Lune et les astéroïdes. Il a cependant accepté de négocier des accords avec d’autres pays dans un délai de six mois.

Roscosmos a déjà commenté cette décision, estimant qu’un tel programme devait être mené uniquement à un niveau international.

Washington avait déjà annoncé la reprise du programme lunaire «Artemis» qui prévoit la mise en orbite de la station Gateway autour de la Lune et qui permet une présence américaine permanente autour du satellite de la Terre. Là aussi, Trump n’exclut pas une coopération internationale. La Russie a pour sa part prévu un alunissage à l’horizon 2025 grâce à la mission Luna 27.

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Des zones «écarlates» et «super-rouges» délimitées sur une nouvelle carte de France
Tags:
lune, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook