Russie
URL courte
Par
122512
S'abonner

Selon le directeur du centre de recherche russe Gamaleïa, l’institut a été visé par des attaques informatiques il y a quelques mois, alors qu'il développait le vaccin anti-Covid Spoutnik V, se refusant cependant à tout commentaire.

Des hackers ont attaqué les ordinateurs du centre de recherche russe Gamaleïa alors qu’il travaillait sur la mise au point du vaccin contre le coronavirus Spoutnik V, a déclaré son directeur Alexandre Guintsbourg.

«Des attaques informatiques ont eu lieu. Qu'elles soient liées à un vaccin ou non, je ne suis pas un spécialiste, donc je ne permettrais pas de juger leur but de manière professionnelle. Mais des tentatives ont été faites afin de pirater les ordinateurs de nos développeurs», indique Alexandre Guintsbourg dans un reportage diffusé sur la chaîne Rossiya 1.

Il a précisé que les attaques remontaient à l’époque où le vaccin était en cours de développement.

Le premier vaccin au monde mis au point

C’est en août que la Russie a enregistré le premier vaccin au monde mis au point contre le coronavirus, le Spoutnik V. Il a été développé par le centre Gamaleïa et produit conjointement avec le Fonds d'investissements directs russe.

Basé sur des adénoviraux humains, le vaccin n’a enregistré aucun effet indésirable lors des essais cliniques et la totalité des volontaires ont développé une réponse immunitaire et humorale stable au niveau des cellules.

Lire aussi:

La France recense le plus grand nombre journalier d’admissions en réanimation depuis début novembre
Le chef du Conseil scientifique prévient du risque d'une situation extrêmement difficile dès la mi-mars en France
Emmanuel Macron pourrait annoncer le 3e confinement ce mercredi, selon le JDD
Une voiture de police percute une foule de spectateurs à un rodéo nocturne et roule sur une personne - vidéos
Tags:
cyberattaque, hackers, Spoutnik V (vaccin contre le Covid-19), vaccin, Centre d’épidémiologie et de microbiologie russe Gamaleïa
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook