Russie
URL courte
Par
2553
S'abonner

Apprenant que plusieurs cétacés s’étaient retrouvés coincés près du rivage à marée basse, un habitant de l’Extrême-Orient russe leur a porté secours. Incapable de déplacer les animaux vers l’eau, il a passé une partie de la nuit à leurs côtés, les humidifiant et les protégeant des chiens errants.

Une histoire de sauvetage pour le moins insolite a eu lieu en Extrême-Orient russe. Les faits remontent au 14 octobre, quand Alexeï Paramonov, secouriste dans la région de Khabarovsk, a appris que plusieurs bélougas étaient échoués à 1,5 kilomètres du rivage.

Comme le rapporte l’antenne régionale du ministère des Situations d’urgences, les animaux n'ont pas eu le temps de retourner en mer à marée basse et se sont retrouvés immobilisés dans l’embouchure de la rivière Uda.

Il les protège jusqu’à minuit

L'un des cétacés était dans une position dangereuse, couché sur un côté. Le sauveteur a creusé un trou sous l’animal pour le remettre dans la bonne position.

Alexeï Paramonov a pris soin de constamment arroser la peau et les yeux des bélougas pour empêcher leur déshydratation. Il a recouvert le bébé d'un tissu pour qu’il ne gèle pas.

L'homme est resté sur place, chassant les chiens errant.

Vers minuit, à marée haute, les animaux sont repartis en toute sécurité.

Cet accident n'est pas le premier pour ce sauveteur. Il y a un an, il avait déjà porté secours à trois cétacés. À l'époque, les animaux se trouvaient sur le rivage et avaient gravement souffert des attaques de corbeaux et de mouettes. Paramonov était arrivé au bon moment.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Attaque à Nice: un deuxième homme qui a été en contact avec le tueur placé en garde à vue
Tags:
animaux, sauvetage, Extrême-Orient, baleines, Khabarovsk
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook