Russie
URL courte
Par
3012213
S'abonner

Vladimir Poutine a donné son autorisation à la mise en place d'un «point d'appui matériel et logistique» de la marine russe au Soudan, selon un document publié sur un site juridique officiel.

Vladimir Poutine a approuvé la proposition du gouvernement russe de créer une base navale au Soudan

La semaine dernière, le Premier ministre Mikhaïl Michoustine avait donné son feu vert à un projet d'accord sur sa création et ordonné de présenter au chef de l’État la proposition de le signer.

«Adopter la proposition du gouvernement russe de signer un accord entre la Fédération de Russie et la République du Soudan sur la mise en place d'un point d'appui matériel et logistique de la marine russe sur le territoire soudanais», indique le document publié sur le site juridique officiel pravo.gov.ru.

L'accord au nom de la Russie sera signé par le ministère de la Défense.

Une base capable d'accueillir 300 hommes et quatre navires

Le projet avait été précédemment concerté avec la partie soudanaise et les ministères russes de la Défense et des Affaires étrangères. Il prévoit que la base n’accueillera pas plus de 300 hommes et quatre navires simultanément. Le fonctionnement sera assuré par la partie russe.

Le projet d'accord publié mercredi 11 novembre concerne l'établissement au Soudan d'un point d'appui matériel et logistique afin d'y assurer «des réparations, des opérations de ravitaillement et le repos des membres d'équipage».

L'accord restera en vigueur pour 25 ans, avec un renouvellement automatique de 10 ans si aucune des parties ne demande sa cessation au préalable. 

Lire aussi:

Le nombre de nouveaux cas de Covid au-dessous des 20.000 en France
Paris renforce ses aides économiques à l'Outre-mer sur fond de pandémie
Un vaccinodrome et une pharmacie incendiés lors d'affrontements en Martinique - images
Crachats, injures, huées: des journalistes de nouveau pris à partie par des anti-pass – images
Tags:
Soudan, Vladimir Poutine, base navale
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook