Ecoutez Radio Sputnik
    Hôpital

    Des patients dans le coma ont permis de percer un mystère fondamental du cerveau

    © CC0 / Pixabay
    Santé
    URL courte
    5383
    S'abonner

    D'après les scientifiques, environ 40% des patients dans le coma, en réalité, pourraient être conscients. C'est ce qu'indiquent les nouvelles méthodes de diagnostic permettant d'évaluer l'activité des neurones en temps réel.

    Comment après de graves lésions du cerveau les gens reviennent-ils à la vie?

    La persévérance des proches a fait sortir une mère du coma

    Mounira Abdoula a été victime d'un accident de la route en 1991. Suite à une grave lésion du cerveau elle restait dans un état végétatif, mais la famille a continué de la soigner.

    En 2017, la patiente a été admise dans une clinique spéciale en Allemagne, et un jour elle a émis un son étrange, puis, quelques jours plus tard, elle a appelé son fils par son prénom. La patiente avait repris connaissance après 27 ans de coma. Selon la BBC, elle peut communiquer avec les proches à un niveau élémentaire et même parler un peu.

    C'est un cas rarissime. Cependant, en règle générale, une vie normale n'est plus possible au vu des lésions du cerveau trop importantes.

    Le triangle de la conscience

    Le coma est une perte de connaissance totale. L'individu ne réagit plus aux stimulations extérieures, ne peut pas bouger, toute l'activité du cerveau est ralentie. Mais la vie reste présente à l'intérieur. En général, un tel état résulte d'un endommagement mécanique sévère du cerveau suite à un accident, à une forte chute ou à un AVC.

    Au milieu du XXe siècle déjà les spécialistes ont découvert qu'il s'agissait d'un endommagement du tronc cérébral – la partie allongée dans la région inférieure de la boîte crânienne reliée à la moelle épinière. Ils ont supposé que dans différentes parties du cerveau il existe des centres d'éveil qui échangent des signaux avec le cortex et activent la conscience.

    En 2016, des chercheurs de Harvard ont découvert dans le tronc cérébral une zone minuscule de deux millimètres cubes interagissant avec les neurones du cortex. Le biologiste russe Vladimir Kovalzon l'a appelé l'endroit de «localisation de l'âme».

    Les auteurs de l'étude ont examiné 36 patients ayant d'importantes lésions du tronc cérébral, dont 12 étaient dans le coma. Malgré une ampleur similaire de la lésion, à première vue, la conscience étaient présentes chez certains, mais pas chez d'autres. La cartographie à l'aide de l'IRM fonctionnelle a indiqué la région du tronc cérébral dans la protubérance annulaire gauche (pont de Varole): c'est son endommagement qui entraîne un coma.

    Cette partie interagit avec deux régions du cortex: le lobe antérieur et la section prégénitale du cortex cingulaire antérieur. A cet endroit se trouvent de grands neurones pénétrant par des apophyses dans toutes les couches du cortex. Ils existent uniquement chez les animaux ayant un grand cerveau – les primates humanoïdes, les éléphants, les dauphins.

    Si l'endroit de «localisation de l'âme» dans le tronc est détruit, le lien entre ces zones dans le cortex est rompu, et le cerveau se déconnecte. Disparaissent l'éveil et la compréhension du monde environnant – deux états clés déterminant la conscience.

    Des chercheurs de la clinique de l'Iowa (Etats-Unis) pensent que la conscience s'appuie également sur une zone profonde du cerveau, par exemple l'hypothalamus ou le cerveau antérieur basal. L'état d'éveil dépend de leur intégrité.

    Le thalamus a été affecté chez 33 patients après un AVC. Quatre sont tombés dans le coma. Il s'est avéré que leur cerveau était détruit bien plus gravement par rapport aux autres: hormis le thalamus étaient endommagés l'hypothalamus et le tronc.

    La réaction aux souvenirs d'une vie antérieure

    Des chercheurs russes et kazakhs ont observé 87 patients dans le coma. Avec le temps, presque la moitié d'entre eux a repris connaissance, certains ont partiellement retrouvé les fonctions cognitives.

    Dans l'ensemble, cela se présente ainsi. Après le coma survient un état végétatif, en d'autres termes, l'organisme est en vie mais ne réagit à rien. Puis revient la conscience minimale quand l'individu peut, par exemple, fixer le regard ou suivre un objet des yeux.

    Et seulement ensuite sont retrouvées les fonctions de plus haut niveau, comme l'aptitude à bouger sa main à la demande ou répondre aux questions élémentaires – au moins avec les yeux. Les auteurs de l'étude indiquent que le patient peut ne manifester aucune activité motrice, tout en étant conscient. C'est pourquoi il est important d'évaluer l'état des patients dans le coma à l'aide de nouvelles méthodes de diagnostic.

    C'est également l'avis des chercheurs américains et britanniques. Ils ont examiné 21 personnes ayant de fortes lésions du cerveau, notamment dans un état végétatif. Ces sujets ont été comparés à 13 personnes en bonne santé. Les membres de famille lisaient aux patients des histoires de leur vie avant la maladie, alors que les chercheurs cartographiaient le cerveau en effectuant un électroencéphalogramme. Il s'est avéré que chez certains patients le retard de l'activité électrique du cerveau en réponse à la parole était le même que chez les individus sains. Sachant que l'IRM fonctionnelle a révélé une activité neuronale en réponse aux ordres verbaux, alors qu'en apparence les patients se trouvaient dans un état végétatif.

    Les auteurs de l'étude soulignent: il faut réexaminer les patients dans le coma afin d'identifier ceux qui sont conscients, mais sont enfermés dans leur corps et ne peuvent pas le faire savoir. Ces patients doivent recevoir des soins complètement différents, suivre une réhabilitation qui leur rendra des capacités physiques et cognitives.

    Plus tôt, des chercheurs de Harvard et de la clinique universitaire de Liège (Belgique) ont montré à l'aide de la même méthode que le coma et l'état végétatif des patients admis en thérapie intensive après une forte lésion du cerveau ne devaient pas servir de base pour un diagnostic définitif. Le patient est capable de reprendre connaissance même si en apparence rien ne l'indique.

    Les médecins de Liège ont décrit le cas d'une victime d'un accident en 1992. En réanimation il avait été branché sur un appareil de respiration artificielle. L'infirmière avait déclaré que le patient avait bougé son bras sur son ordre, mais cela n'avait pas changé le diagnostic – le patient avait été placé dans une clinique pour comateux, où il est resté sans aucune thérapie.

    20 ans plus tard, les proches du patient qui se trouvaient dans la même pièce avec lui ont senti qu'il était conscient, même si aucun signe extérieur ne l'indiquait. Le patient a été transmis à la clinique universitaire pour un cursus de soins et plusieurs niveaux de tests.

    D'abord, le patient ouvrait spontanément les yeux, mâchait avec sa bouche, bougeait le bras gauche et la jambe. Puis il a commencé à fixer du regard un objet et à le suivre. Par la suite il arrivait déjà à répondre aux ordres élémentaires: il fermait les yeux et répondait aux questions par la mimique. Cela a permis de découvrir qu'il se souvenait de son prénom et des prénoms des proches.

    Les études de ces dernières années n'ont pas seulement permis d'établir globalement comment survient la conscience, mais ont également apporté un espoir que les patients enfermés dans le coma peuvent revenir à la vie.

    Lire aussi:

    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    «L’armée française n’est pas venue au Niger par hasard!» – ministre d’État nigérien
    Des terroristes de Daech arrêtés à Moscou par les forces spéciales russes - vidéo
    Législatives au Royaume-Uni: le camouflet des Britanniques aux médias occidentaux
    Tags:
    coma
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik