Santé
URL courte
61410
S'abonner

Une nouvelle étude réalisée par des scientifiques japonais et américains vient confirmer le lien existant entre la consommation d’alcool et le risque de développer un cancer.

Même de faibles quantités d’alcool sont associées à des risques élevés de cancer, affirment des scientifiques japonais et américains, selon une étude publiée dans Cancer, la revue internationale de l'American Cancer Society. Leurs recherches suggèrent que le risque global de cancer est plus faible avec un taux zéro de consommation d'alcool.

«Étant donné les problèmes de santé liés au cancer, nous devrions encourager davantage l'éducation du public sur le risque de cancer lié à l'alcool», a déclaré l’un des auteurs de l’étude, Masayoshi Zaitsu.

Les scientifiques ont analysé des informations dans 33 hôpitaux à travers le Japon entre 2005 et 2016. Ils ont ainsi examiné les données cliniques de 63.232 patients atteints de cancer et autant de témoins en bonne santé. Tous les participants ont précisé les quantités moyennes d'alcool consommé par jour, ainsi que la durée de la consommation d'alcool.

Mieux vaut prévenir que guérir

Les conclusions tirées de cette étude indiquent que le risque global de cancer semble être le plus faible chez ceux qui ne consomment pas d'alcool du tout.

Un faible niveau de consommation d'alcool – par exemple, un verre par jour pendant 10 ans ou deux verres par jour pendant cinq ans – augmenterait le risque de cancer de 5%, notamment au niveau du côlon, de l'estomac, du sein, de la prostate et de l'œsophage.

Le cancer est devenu, depuis 2004, la première cause de mortalité prématurée en France devant les maladies cardiovasculaires, selon la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer.

 

Lire aussi:

La Syrie promet d'abattre tout avion violant son espace aérien
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Tags:
alcool, cancer, étude, santé
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook