Santé
URL courte
Par
30830
S'abonner

Déplorant un manque de respect des règles sanitaires face au Covid-19 qui semble reprendre, un maire belge défend l’idée d’une mobilisation de l’armée pour surveiller la population et «contrôler les points chauds en soutien de la police».

Afin de surveiller le respect des règles sanitaires, le bourgmestre de la commune belge de Hotton, Jacques Chaplier, a plaidé pour la mobilisation de l’armée.

«Le gouverneur ne pourrait-il pas envisager de mobiliser l’armée pour contrôler les points chauds en soutien de la police, des administrations et des bourgmestres?» a-t-il fait remarquer dans un courrier adressé le 7 août au cabinet du gouverneur de la province du Luxembourg.

M.Chaplier a ainsi pointé les endroits les plus fréquentés de Hotton en cette période de pandémie, alors que le virus semble reprendre avec une nouvelle vigueur. Selon le bourgmestre, «il fait chaud, les gens se déshabillent dès qu’il y a un peu d’eau et en profitent pour tomber le masque». Dans le même temps, «les effectifs policiers ne sont pas suffisants pour assurer une présence continue sur place», déplore-t-il.

Réponse des autorités

Le cabinet du gouverneur s’est exprimé auprès de l'agence Belga sur cette demande du bourgmestre.

Ils ont tenu à souligner que «le gouverneur peut réquisitionner l’armée en cas de crise provinciale ou communale», «or en l’occurrence il s’agit d’une crise fédérale»:

«Il faut également l’accord de l’état-major et du ministre de la Défense. Enfin, la première des conditions, c’est que tous les moyens civils doivent avoir été épuisés.»

Cependant, le cabinet du gouverneur a transmis cette demande de M.Chaplier au commandant militaire de la province.

Lire aussi:

Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Christian Estrosi cible Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer à propos de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
Covid-19, police, Belgique, masques
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook