Santé
URL courte
Par
293
S'abonner

Des scientifiques néo-zélandais de l'Université d'Otago ont découvert l’origine de la maladie infectieuse pian, causée par la bactérie Treponema pallidum.

Depuis 2007, elle fait partie de la liste de l’OMS des 17 maladies tropicales négligées. Les chercheurs de l’Université d’Otago de Nouvelle-Zélande ont expliqué la propagation du pian, dangereuse maladie infectieuse causée par la bactérie Treponema pallidum qui entraîne une infection cutanée pouvant ensuite s'étendre et produire des lésions dans les tissus profonds, notamment osseux.

Les résultats de leurs recherches sont publiés dans la revue Bioarcheology International.

Les chercheurs ont analysé d'anciens restes humains trouvés lors de fouilles sur le site archéologique de Man Bakwo dans la province de Ninh Binh au Vietnam. Ils ont trouvé des signes d'une maladie causant des lésions osseuses permanentes dans des squelettes vieux de 4.000 ans. Jusqu'à présent, il n'y avait eu aucune preuve concluante de l'existence du pian en Asie préhistorique.

Les scientifiques pensent que la maladie s'est propagée avec le développement de l'agriculture. Les fermiers vivant sur le territoire de la Chine actuelle se sont déplacés vers le sud, ce qui a entraîné la transmission du pian aux tribus de chasseurs-cueilleurs, qui sont les descendants directs de personnes ayant migré d'Afrique vers l'Asie pour installer ensuite en Nouvelle-Guinée, aux îles Salomon et en Australie.

La maladie en question 

Le pian, qui touche principalement les enfants, se transmet par contact cutané avec une plaie infectée et se caractérise par des lésions cutanées sévères. Ce n'est pas une infection sexuellement transmissible.

La maladie a été éradiquée dans la plupart des pays du monde, mais elle est toujours répandue dans le Pacifique occidental où elle touche environ 30.000 personnes.

Lire aussi:

Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Erdogan appelle les Turcs à boycotter les produits français et assure que Macron doit aller chez le psychiatre
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Tags:
lutte contre les infections, maladies
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook