Santé
URL courte
Par
4947
S'abonner

Des experts de l'Agence européenne des médicaments (EMA) ont recommandé ce mercredi 7 avril d'inscrire la formation de caillots sanguins aux effets secondaires rares du vaccin d'AstraZeneca. Dans le même temps, ils estiment que la balance bénéfices-risques du médicament reste positive.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré ce mercredi que les caillots sanguins devraient être répertoriés comme effet secondaire «très rare» du vaccin d'AstraZeneca contre le Covid-19.

L'EMA a établi «un lien possible avec de très rares cas de caillots sanguins inhabituels avec des plaquettes sanguines basses», fait savoir dans un communiqué l'agence basée à Amsterdam, indiquant toutefois que la balance bénéfices-risques reste «positive».

Une possible explication

Quant à une explication «plausible» à ces cas rares de caillots sanguins, l’agence évoque une réponse immunitaire.

«Des facteurs de risque spécifiques tels que l'âge, le sexe ou les antécédents médicaux n'ont pas pu être confirmés car des événements rares sont observés à tous les âges», a ajouté la directrice exécutive de l'EMA, Emer Cooke, soulignant que le vaccin est «très efficace» et «sauve des vies».

Rogerio Gaspar, directeur de la réglementation et de la préqualification à l'OMS, avait assuré la veille que la balance bénéfices-risques du vaccin était «largement positive».

Suspension dans plusieurs pays d’Europe

Plusieurs pays européens ont suspendu l'utilisation du vaccin du laboratoire suédo-britannique AstraZeneca suite au signalement de la formation de caillots sanguins parmi les personnes vaccinées.

Le régulateur européen avait précédemment assuré que le vaccin n'était pas lié à un risque plus élevé de caillots sanguins, indiquant cependant ne pouvoir «exclure définitivement» un lien avec des troubles rares de la coagulation.

Lire aussi:

Quelle forme pourrait prendre une «guerre mondiale» déclenchée par les États-Unis et la Chine?
Les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique? La crainte des anti-vaccins passée au crible
Lassé du bâton occidental, le Liban se tourne vers la carotte de Téhéran, Moscou et Pékin
Tags:
OMS, Agence européenne des médicaments (EMA), vaccin, AstraZeneca
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook