Ecoutez Radio Sputnik
    Sci-tech

    Archéologie: un sarcophage pour la momie de la "princesse de l'Altaï"

    Sci-tech
    URL courte
    0 6311
    NOVOSSIBIRSK, 22 janvier - RIA Novosti. Les autorités de la république russe de l'Altaï (Sibérie) ont procédé à la reconstruction du musée national de Gorno-Altaïsk qui pourrait abriter la momie scythe de la "princesse de l'Altaï" vieille de plus de 2.500 ans, a annoncé mardi le vice-ministre républicain de la Culture Vladimir Filimonov.

    "Nous avons l'intention de construire un sarcophage disposant d'un système de thermorégulation et de créer des conditions nécessaires à la conservation de la momie dans le musée", a dit M.Filimonov.

    Le gouvernement républicain a débloqué 271 millions de roubles (un euro = 35,8490 roubles) pour la reconstruction du musée qui pourrait abriter la momie d'une jeune femme de haute lignée découverte en 1993 dans un tertre funéraire scythe sur le plateau d'Oukok, à la frontière avec la Mongolie.

    Les archéologues de l'expédition de Natalia Polosmak, qui ont découvert la momie, ont remis la "princesse de l'Altaï" au laboratoire de l'Institut d'archéologie et d'ethnographie de la filiale sibérienne de l'Académie des sciences de Russie (Novossibirsk). Les chercheurs de Novossibirsk et le gouvernement de la république de l'Altaï n'arrivent pas à s'entendre sur le lieu où la momie doit se trouver: à Novossibirsk ou à Gorno-Altaïsk, la capitale de la république de l'Altaï. Les habitants de la république réclament le retour de la momie, alors que les chercheurs craignent que le musée de Gorno-Altaïsk n'arrive pas à la conserver.

    Les tissus de la momie sont dans un état satisfaisant vu son âge grâce à l'eau qui a pénétré dans son sarcophage de bois avant d'y geler, selon les chercheurs. Des experts ont pu en extraire l'ADN, reconstituer son visage et étudier le mode de vie des gens à l'époque d'Alexandre le Grand.

    Lire aussi:

    La «fille Skrydstrup» migrante de l’âge de bronze
    Le mystère de la momie «extraterrestre» du Pérou: réalité ou subterfuge des chercheurs?
    Les momies, victimes inattendues de la guerre au Yémen
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik