Sci-tech
URL courte
Exploration de Mars (87)
0 02
S'abonner

Le succès de l'atterrissage du rover américain Curiosity sur Mars favorisera les projets d'études de la Planète rouge dans d'autres pays, a annoncé à RIA Novosti Igor Mitrofanov, chef du laboratoire de spectroscopie gamma spatiale de l'Institut russe des études spatiales.

Le succès de l'atterrissage du rover américain Curiosity sur Mars favorisera les projets d'études de la Planète rouge dans d'autres pays, a annoncé à RIA Novosti Igor Mitrofanov, chef du laboratoire de spectroscopie gamma spatiale de l'Institut russe des études spatiales.

"Je suis très heureux que l'atterrissage sur Mars ait été un succès. A mon avis il a une importance historique parce qu'il favorisera la conception de nouveaux projets d'exploration de la Planète rouge non seulement aux Etats-Unis mais aussi dans d'autres pays et en Russie", a insisté M.Mitrofanov.

Un groupe de scientifiques russes a créé sous ses ordres un appareil pour le rover américain, à savoir un détecteur à neutrons destiné à déterminer la présence d'eau et de minéraux hydratés dans le sol martien.

"Cette réussite permettra le développement à long terme de l'astronautique", a indiqué M.Mitrofanov avant d'ajouter que les technologies testées grâce à la mission de Curiosity seraient utilisées lors des atterrissages d'appareils lourds avec des capsules habitées.

La Russie coopère avec l'Agence spatiale européenne dans le projet ExoMars qui prévoit notamment l'envoi d'un rover européen vers Mars. "Je pense que ce projet est réalisable et qu'aujourd'hui ses chances ont augmenté", a souligné le scientifique russe.

Dossier:
Exploration de Mars (87)

Lire aussi:

Près de 8.000 nouveaux cas de Covid-19 et 499 décès en France en une journée
Macron et Poutine face au Covid-19: une pandémie, deux stratégies à la loupe
«Secret Défense»: la base aérienne 110, un cluster du coronavirus que la France tente de couvrir?
Tags:
espace, science, ExoMars, Curiosity, Institut russe des études spatiales, Igor Mitrofanov, États-Unis, Mars, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook