Ecoutez Radio Sputnik
    Tir d'un lanceur Proton-M

    Proton/crash: un acte de sabotage n'est pas exclu (Roskosmos)

    © Sputnik. Oleg Urusov
    Sci-tech
    URL courte
    0 10

    La commission interministérielle chargée d'élucider les causes du récent crash du lanceur russe Proton n'exclut pas un acte de sabotage, a annoncé jeudi l'Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos) se référant au président de la commission Alexandre Daniliouk.

    La commission interministérielle chargée d'élucider les causes du récent crash du lanceur russe Proton n'exclut pas un acte de sabotage, a annoncé jeudi l'Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos) se référant au président de la commission Alexandre Daniliouk.

    "La version d'un acte prémédité de sabotage n'est pas exclue", a déclaré le président de la commission et directeur adjoint de l'Institut central des constructions mécaniques TsNIImash, sans préciser à quelle étape de l'assemblage du lanceur cet acte avait pu être perpétré.

    Selon lui, la commission privilégie  toutefois la version de la destruction d'un palier de la turbopompe d'un moteur vernier du troisième étage de la fusée.

    Le lanceur Proton-M tiré dans la nuit du 15 au 16 mai depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, devait placer sur orbite le satellite de télécommunications russe Express-AM4R. Il s'est désintégré en vol dans les couches denses de l'atmosphère, au-dessus du territoire chinois.

    Lire aussi:

    Premier tir d'un lanceur russe Proton-M avec un satellite militaire à bord depuis un an
    Premier tir d'un lanceur russe Proton-M depuis un an (vidéo)
    Baïkonour fête son anniversaire par le retour de Novitski et Pesquet
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik