Sci-tech
URL courte
1112
S'abonner

Il s'agit de plus de 600 satellites hors service, éléments de lanceurs et autres débris spatiaux qui ont brûlé, entièrement ou en partie, dans les couches denses de l'atmosphère terrestre.

100 tonnes de déchets spatiaux sont tombés sur Terre en 2014, a annoncé le magazine américain Space News se référant à la NASA.

Il s'agit de plus de 600 satellites hors service, éléments de lanceurs et autres débris spatiaux qui ont brûlé, entièrement ou en partie, dans les couches denses de l'atmosphère terrestre, d'après un rapport présenté par la NASA au Comité des Nations unies pour l'utilisation pacifique de l'espace extra-atmosphérique.

Selon les chercheurs, le nombre des débris spatiaux tombés en 2014 a été plus important que les années précédentes. Ils l'expliquent par l'activité solaire intense qui a fait "gonfler" l'atmosphère terrestre provoquant la chute des débris qui évoluaient en orbite basse. Ce phénomène a permis de "nettoyer" l'orbite terrestre basse. 

Au total, 6.700 tonnes d'objets évoluent autour de la Terre contre 5.000 il y a dix ans. 

Selon la NASA, les satellites géostationnaires hors service, qui sont placés sur une orbite de rebut située 200 km plus haut, ne présentent pas de danger important. Seuls 10% de ces engins se retrouvent dans un mauvais endroit. Mais les satellites évoluant à des orbites plus basses posent un problème. Selon les normes, ces satellites doivent brûler dans les couches denses de l'atmosphère dans les 25 ans suivant leur mise hors service. Mais cela n'arrive pas, leurs propriétaires refusant de respecter les ententes internationales selon lesquelles les satellites doivent être équipés de moteurs spéciaux pour manœuvres supplémentaires.

Lire aussi:

Débris spatiaux: la Suisse lancera un satellite de nettoyage
Petits débris spatiaux: les chercheurs pointent un danger croissant
Débris spatiaux: les dangers d'un espace-poubelle
Un demi-siècle de débris spatiaux
Tags:
débris spatiaux, NASA
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook