Sci-tech
URL courte
9383
S'abonner

La Chine a lancé les travaux de conception d'un réacteur thermonucléaire hybride fusion-fission, rapporte vendredi The South China Morning Post.

Les travaux se déroulent au centre de recherche secret de l'Académie d'ingénierie chinoise (province du Sichuan) qui est spécialisé dans la conception de l'arme nucléaire.

Selon The South China Morning Post, une centrale dotée du futur réacteur hybride, qui sera mise en service d'ici 2030, pourra également utiliser le combustible usagé des centrales nucléaires conventionnelles.

Des physiciens sont sceptiques quant à la possibilité de créer un réacteur hybride, rappelant que la construction d'un réacteur thermonucléaire industriel n'est, pour l'instant, qu'à l'étape du projet. D'ailleurs, les Chinois ont été les premiers à obtenir de l'électricité de ce type de réacteur sur leur tokamak EAST (Experimental Advanced Superconducting Tokamak) de Hefei (province de l'Anhui, est) en 2007.

La Chine compte actuellement 26 réacteurs nucléaires. Vingt-quatre autres réacteurs sont en chantier. Toutefois, la Chine ne dispose de l'uranium nécessaire à ses réacteurs que pour une centaine d'années en raison de la faible teneur en minerais de ses gisements. La mise en service d'un réacteur fusion-fission permettra à Pékin de ne pas importer d’uranium pendant plusieurs millénaires.

Lire aussi:

L'Iran créera son réacteur thermonucléaire avant 2020 (agence)
Nucléaire: Pyongyang maîtriserait la fusion thermonucléaire (journal)
ITER: des centrales plus écologiques grâce à la fusion thermonucléaire (conseiller du président)
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Tags:
thermonucléaire, nucléaire, réacteur hybride, tokamak EAST (Experimental Advanced Superconducting Tokamak), province du Sichuan, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook