Ecoutez Radio Sputnik
    Système solaire

    La NASA regarde vers Uranus et Neptune

    © NASA.
    Sci-tech
    URL courte
    282
    S'abonner

    Selon les chercheurs américains, la 7e et 8e planète du Système solaire ne reçoivent pas assez d'attention à la différence de Mars, Jupiter ou Saturne.

    L'agence spatiale américaine envisage d'envoyer des sondes vers Uranus et Neptune, a rapporté l'édition Popular Mecanics se référant à Jim Green, directeur du département de science planétaire de la NASA.

    Les Etats-Unis comptent commencer par survoler une ou les deux planètes géantes de glace avec une sonde, avant d'y dépêcher une sonde orbitale et probablement un module d'atterrissage. 

    Les deux missions sont encore à l'étude et aucun projet concret ne sera réalisé avant 2020, faute de financement. Si la NASA trouve les 2 milliards de dollars requis, ces missions pourraient devenir son nouveau projet d'envergure.

    Pour le moment, Uranus et Neptune n'ont pas attiré l'attention des astronomes. Or elles recèlent beaucoup de mystères. Tout en ressemblant aux géantes gazeuses Jupiter et Saturne, Uranus et Neptune sont des planètes tout à fait différentes qu'on appelle géantes de glace. Ces planètes ne sont pas principalement constituées d'hydrogène et d'hélium, mais de composés tels que l'eau, l'ammoniac et le méthane. L'étude d'Uranus et de Neptune pourrait jeter la lumière sur les origines du Système solaire.

    Ces deux mondes ont aussi des systèmes de satellites inexplorés. Triton, le plus gros des 14 satellites naturels de Neptune, a une composition proche de celle de Pluton. Les chercheurs supposent qu'il serait issu de la ceinture de Kuiper, qui regroupe Pluton et d'autres planètes naines comme Eris, Makemake et Haumea.

    Il reste aussi à étudier les 27 satellites naturels d'Uranus, dont beaucoup portent les noms de personnages de Shakespeare – Titania, Obéron (Uranus IV), Umbriel ou Ariel.

    L'exploration de ces planètes éloignées requiert l'utilisation de combustible nucléaire, mais la NASA avait jusqu'à très récemment les mains liées par des accords internationaux interdisant d'utiliser des générateurs thermoélectriques à radioisotopes. Ces moteurs nucléaires permettraient d'étudier les coins les plus éloignés du Système solaire, où les panneaux solaires ne fonctionnent pas.


    Lire aussi:

    Pluton: les nouvelles découvertes de la sonde New Horizons
    Dans l'espace lointain avec un moteur nucléaire
    L'espace lointain passe par la recherche fondamentale
    Opportunity: 11 ans sur Mars en une seule vidéo
    Saturne: le mystère de la "grande tache blanche" est résolu
    Tags:
    sonde spatiale, espace, NASA, Jim Green, Pluton, ceinture de Kuiper, Triton, États-Unis, Uranus, Neptune, Système solaire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik