Ecoutez Radio Sputnik
    Le Nobel de médecine s'attaque aux vers et aux moustiques

    Le Nobel de médecine s'attaque aux vers et aux moustiques

    © Sputnik.
    Sci-tech
    URL courte
    0 99641

    La saison 2015 des prix Nobel a débuté aujourd'hui, à Oslo, par la récompense des meilleures découvertes médicales.

    Cette année, le prix Nobel de physiologie ou médecine a été remporté par l'irlandais William C. Campbell, le japonais Satoshi Omura et la chinoise Youyou Tu. Leurs recherches ont contribué à trouver des traitements contre le paludisme et les infections dévastatrices dues à des vers nématodes.

    William C. Campbell et Satoshi Omura ont découvert un nouveau médicament, appelé Avermectin, dont les dérivés ont radicalement diminué la prévalence de la cécité des rivières et la filariose lymphatique. Ce traitement révolutionnaire permet d'éliminer ces maladies parasitaires dans presque tous les cas de contagions. 

    Youyou Tu, douzième femme à être récompensée par le Nobel de médecine, a découvert un traitement contre le paludisme grâce à un extrait de la plante armoise annuelle (Artemisia annua). Il sera désormais possible, grâce à ce remède, de réduire les cas de mortalité par paludisme sévère de 39 % chez les adultes et 24 % chez les enfants.

    En 2015, le prix Nobel, s'élevant à 8 millions de couronnes suédoises (près de 855.000 euros) sera partagé entre les lauréats. Le prix de médecine est le premier de cette saison de découvertes. Il sera suivi de ceux de physique mardi, de chimie mercredi, de littérature jeudi et de la paix vendredi. Le prix d'économie clora la cérémonie le 12 octobre.

    Lire aussi:

    Obama Prix Nobel: attention à la chute!
    L'ancien directeur du Nobel regrette le prix d'Obama
    Lauréat du prix Nobel: une bulle se forme sur les marchés financiers US
    Parlementaires italiens: retirer à l'UE son prix Nobel de la Paix
    Tags:
    médecine, maladies, paludisme, Avermectin, prix Nobel, Youyou Tu, William Campbell, Satoshi Omura, Oslo, Suède, Norvège
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik