Sci-tech
URL courte
1279
S'abonner

Des astronomes britanniques ont déclaré que la probabilité que la Terre entre en collision avec des astéroïdes glacés appelés "centaures" est beaucoup plus élevée que celle annoncée par la NASA (Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace des Etats-Unis).

Bien que la possibilité d’un tel cataclysme à l’avenir reste à un niveau minime, quasiment nul, rapporte un article, publié dans le magazine Astronomy & Geophysics.

Un "centaure" est habituellement défini comme un astéroïde qui orbite entre Jupiter et Neptune et croise l'orbite d'une ou plusieurs planètes géantes gazeuses. Jusqu'à présent, la nature de ces objets n'était pas claire — certains pensaient qu'ils pourraient être projetés de la ceinture principale d'astéroïdes, d'autres — que ces objets spatiaux étaient des comètes. Ils ont été nommés d'après les créatures mythiques mi-homme, mi-cheval en raison de leur nature ambivalent qui combine les propriétés des comètes ainsi que des astéroïdes.

Le premier centaure, (944) Hidalgo, a été découvert en 1920. Le premier centaure identifié était (2060) Chiron en 1977, et il a été classé d'abord dans les satellites de Saturne. Puis, les astronomes ont découvert qu'il avait développé une queue cométaire et ils l'ont reclassé en comète. Il est désormais considéré à la fois comme un astéroïde et une comète, quoique d'une taille plus grande que les comètes classiques. Le centaure le plus grand est (10199) Chariclo d'un diamètre de 260 km. Au total, selon les astronomes, il y a plus de 44.000 centaures dans le système solaire.

Le télescope infrarouge américain WISE, qui a été employé dans l'espace de décembre 2009 à février 2011, a étudié attentivement ces objets, et sur la base de ses photos les scientifiques de la NASA ont conclu que les centaures étaient en fait des comètes. Selon leurs estimations, nous connaissons 95 à 97% des centaures et autres grands astéroïdes et comètes, dont aucun ne menace la Terre.

David Asher de l'Observatoire d'Armagh, située au Royaume-Uni, et ses collègues ne sont pas d'accord avec leurs homologues américains. Ils sont arrivés à cette conclusion après qu'ils aient calculé les trajectoires et le temps que les centaures passaient dans la ceinture entre les planètes géantes tant qu'ils ne sont pas projetés hors de cette ceinture à la suite de perturbations gravitationnelles.

Selon les astronomes, l'évaluation actuelle des risques employée par la NASA, ne tient pas compte du fait que les centaures sont instables par nature, leurs orbites changent rapidement de manière chaotique. Les calculs de leurs trajectoires montrent que ces comètes-astéroïdes sont capables à s'approcher de la Terre une fois tous les 30.000 à 100.000 ans, ce qui les rend beaucoup plus dangereux que la NASA le pensait.

Ils sont dangereux pour la Terre car ils représentent des conglomérats gelés de glace et d'assez grands fragments d'astéroïdes qui seraient dispersés dans tout l'espace proche de la Terre si un des centaures dégelait dans la partie intérieure du système solaire.

Les fragments dégelés, selon M. Asher et ses collègues, peuvent menacer notre planète. Cette hypothèse est étayée par le fait que de nombreux cratères connus associés à des extinctions massives, sont apparus sur Terre en même temps que d'autres grands cratères, ainsi que par le fait de l'existence de nombreuses pluies de météorites, comprenant des microasteroïdes qui étaient autrefois une partie de centaure ou de grandes comètes.

Tout cela, selon le groupe de M. Asher, permet de dire que la NASA s'est trompée, et que la probabilité qu'un centaure ou ses débris tombent sur Terre n'est pas nulle. Cependant, nous pouvons garder notre calme parce que ce scénario est peu probable: les chances ne dépassent pas 0,7%.

 

Lire aussi:

Une comète contenant de l’alcool "grise" les astronomes
Les physiciens ne prouvent pas que l’Univers est un hologramme
De nouveaux astéroïdes s'approchent de la Terre
Tags:
menaces, comète, science, astéroïde, espace, WISE (télescope), NASA, Neptune, Jupiter, Saturne, États-Unis, Royaume-Uni, Terre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik