Sci-tech
URL courte
7433
S'abonner

Grâce à l’étude des traces des lances et des couteaux sur les restes d’un mammouth retrouvé en 2012, les paléontologues russes ont pu découvrir que les hommes avaient pénétré dans la zone arctique, il y a près de 45.000 ans.

Les chercheurs russes ont ainsi prouvé que l'Arctique avait été peuplé 10.000 ans plus tôt que les estimations admises précédemment, annonce l'article publié dans la revue Science.

Les restes d'un mammouth relativement jeune, âgé de 15 ans, ont été retrouvé en 2012 par Alexeï Tikhonov, de l'Institut zoologique de Saint-Pétersbourg de l'Académie russe des sciences, et ses collègues.

Lors de l'étude des restes, les scientifiques ont découvert que ce mammouth avait été victime des anciens chasseurs ayant vécus en Sibérie dans un passé lointain. Les traces des lances et des couteaux, ainsi que les blessures multiples aperçues sur le corps du mammouth ont mené les chercheurs à cette conclusion.

Quand les chercheurs ont découvert l'âge des restes du mammouth, en utilisant la méthode de datation par le carbone 14, ils ont été fortement surpris, parce que l'étude a permis de conclure que ce mammouth avait vécu il y a près de 44.500 ans. Cette date est très étonnante, car les scientifiques croyaient jusqu'aujourd'hui que les hommes avaient pénétré la zone arctique il y a entre 30.000 et 35.000 ans.

Les scientifiques ont ainsi présenté de nouvelles dates pour l'arrivée des hommes sur les territoires arctiques. Selon les chercheurs, la période d'il y a entre 45.000 et 40.000 ans était l'époque de l'essor des mammouths, et le nombre élevé de ces animaux aurait pu attirer les premiers habitants de l'Arctique, et les pousser à se déplacer vers les régions des grandes rivières de la Sibérie.

Lire aussi:

Un artefact des tueurs de mammouths retrouvé à Jersey
La cause de la disparition des mammouths enfin révélée?
Des os de mammouth dans un champ au Michigan
Des paléontologues ont découvert le plus vieux poisson "terrestre"
Tags:
chercheurs, mammouths, découverte, Arctique, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook