Sci-tech
URL courte
41012
S'abonner

Pas besoin de contrôle permanent de la part de l'opérateur: les coléoptères suivent eux-mêmes l'itinéraire donné, l'intervention humaine n'étant nécessaire que pour changer de cap.

Les drones pourraient être prochainement remplacés par des coléoptères-cyborgs, selon les résultats d'une recherche effectuée par des ingénieurs américains et leurs collègues de Singapour, publiés par le Journal of  Royal Society Interface.

Selon les ingénieurs,  un coléoptère (Mecynorrhina torquata) a été équipé d’un sac à dos renfermant l’équipement électronique qui sert à le contrôler: un microcontrôleur, un émetteur-récepteur sans fil et six électrodes reliées aux lobes optiques et aux muscles sclérites axillaires (3Ax) dont l'insecte se sert en vol pour manœuvrer.

Pas besoin de contrôle permanent de la part de l'opérateur: les coléoptères suivent eux-mêmes l'itinéraire donné, l'intervention humaine n'étant nécessaire que pour changer de cap. 

La revue souligne que l'usage de "robots vivants" permettra de faire des économies sur le matériel.

"A la différence des robots métalliques, qui utilisent des centaines de détails et de moteurs, les systèmes hybrides se servent d'organismes vivants crées par la nature", soulignent les auteurs du projet, ajoutant que le prix  du "contenu" d'un tel robot est de moins de sept dollars.

"Nous pourrions facilement ajouter un micro et des capteurs thermiques pour des missions de recherche et de sauvetage. Avec cette technologie, nous pourrions explorer en toute sécurité des zones jusqu’ici inaccessibles comme les recoins et fissures d'un immeuble effondré ", soulignent les chercheurs.

Lire aussi:

Le cognac, le combustible des drones français
Et voici un nouveau bazooka pour abattre des drones (vidéo)
Le Pentagone veut doter ses drones de canons laser anti-missiles
Les Pays-Bas vont dresser des aigles anti-drones
Tags:
coléoptère, drone, Singapour, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook