Sci-tech
URL courte
0 31
S'abonner

Comment peut-on participer à un marathon si on se trouve à environ 400 km de la Terre? Les astronautes de l'ISS ont la réponse.

L'astronaute britannique Timothy Peake, qui se trouve actuellement à bord de la Station spatiale internationale (ISS), participera au marathon de Londres programmé pour le 24 avril, rapporte le journal The Huffington Post.

"C'est un défi que je me suis lancé", a déclaré l'astronaute de 44 ans qui avait participé au marathon de Londres en 1999.

​L'astronaute va parcourir les 42,195 km du marathon sur un tapis de course installé à bord de l'ISS. Il sera attaché au tapis pour garder la position verticale en apesanteur. Il sera virtuellement immergé dans le marathon grâce à un grand écran posé devant lui.

​Le marathonien spatial compte mettre entre trois heures et demie ou quatre heures pour accomplir sa mission. En 1999, il a parcouru la distance sur Terre en 3 heures 18 minutes et 50 secondes.

​Les autres membres d'équipage de la station ont promis de surveiller leur collègue pendant cette épreuve. 

​En cas de succès, Tim Peake sera le premier homme à avoir couru le marathon dans l'espace, mais seulement le second être humain après l'astronaute américaine Sunita Williams. En 2007, elle a couru l'équivalent du marathon de Boston en 4 heures et 24 minutes à bord de l'ISS.

Le marathon de Londres réunira près de 38.000 participants sur Terre. Parmi les coureurs figurent un technicien de l'Agence spatiale européenne (ESA), Jonathan Scott qui envisage de parcourir la distance en scaphandre de cosmonaute soviétique.


Lire aussi:

Tim Peake, premier Britannique à bord de l'ISS
«Tu vas en prendre plein la gueule»: un maire met en garde Macron qui prépare son tour de France
L’eau: l’arme secrète d’Erdogan contre la Syrie
Marine chinoise face à l’US Navy: «Les rapports de forces sont en train de s’inverser en nombre»
Tags:
tapis de course, sport, marathon, espace, ISS, Marathon de Londres 2016, ESA, Jonathan Scott, Timothy Peake
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook