Ecoutez Radio Sputnik
    Un homme parlant au téléphone

    Soyez tranquilles, il n'y a aucun lien entre les portables et le cancer du cerveau

    CC BY 2.0 / Tim Parkinson / On the phone @ Manchester, UK
    Sci-tech
    URL courte
    7236

    Les scientifiques de l'Université de Sydney, après avoir analysé des données sur 30 ans, ont conclu que l'utilisation des téléphones mobiles n'augmentait pas le risque de contracter le cancer du cerveau.

    Les résultats de l'étude ont été publiés dans la revue Cancer Epidemiology.

    Lors de l'étude, les chercheurs ont analysé les diagnostiques oncologiques de 19.858 hommes et 14.222 femmes en Australie, établis entre 1982 et 2012.

    Ainsi, ils ont constaté que l'incidence du cancer du cerveau au cours de cette période restait stable.

    Les cas de détection du cancer n'ont commencé à survenir plus souvent que chez les personnes âgées de plus de 70 ans, cependant, cette croissance a commencé en 1982, cinq ans avant l'avènement de la téléphonie mobile en Australie. Selon les chercheurs, cette tendance est liée à l'amélioration du dépistage du cancer.

    En avril dernier, les chercheurs de l'Université de Californie à San Diego ont déclaré que le mariage avait un effet positif sur les personnes atteintes du cancer.

    Ainsi, selon eux, les malades oncologiques qui sont mariés ont plus de chance de vaincre le cancer.

    Les auteurs de cette étude affirment avoir utilisé les données tirées du registre des malades oncologiques en Californie. Ainsi, ils ont analysé des informations de quelque 800.000 personnes auxquelles on a diagnostiqué une des dix formes de cancer, les plus susceptibles de susciter la mort.

    Lire aussi:

    De nouveaux antibiotiques efficaces contre le cancer?
    Johnson & Johnson condamné à payer 65 M EUR à la famille d'une femme décédée du cancer
    Des médecins britanniques proposent de "faire exploser" le cancer
    Médecine: une "éponge" contre le cancer
    Tags:
    portable, cancer, Australie, Sydney
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik