Ecoutez Radio Sputnik
    Maya

    Quand une cité Maya inconnue s'avère être... un champ de marijuana

    © Flickr / Guillén Pérez
    Sci-tech
    URL courte
    4340
    S'abonner

    Malheureusement, lorsqu'une chose semble trop belle pour être vraie, c'est trop souvent parce qu'elle ne l'est sans doute pas du tout. Un garçon de 15 ans du Québec, qui avait déclaré avoir trouvé une cité maya inconnue, se serait apparemment trompé. C'est du moins ce que croient certains scientifiques.

    En début de semaine, William Gadoury, un élève québécois, amateur de la civilisation maya, annonçait avoir trouvé une ville inconnue des Mayas, perdue dans la jungle. L'ingéniosité de ce jeune homme est hors de tout doute.

    Il suggérait que la répartition des colonies de cette ancienne culture reflétait celle des constellations imaginées par les Mayas. Donc, il a mis 22 de ces constellations sur une carte tout en les utilisant pour localiser 117 villes anciennes connues. Mais William a constaté qu’une étoile de la 23e constellation n'avait pas de ville correspondante. Ainsi, en utilisant les ressources de l'Agence spatiale canadienne et du service en ligne Google Earth, il a révélé ce qui semblait être une structure artificielle sous le couvert forestier.

    L'histoire était trop belle pour y résister. Peu de temps après qu'elle ait fait le buzz sur Internet, un certain nombre d'experts de la culture maya ont émergé pour infirmer cette théorie.

    Thomas Garrison, anthropologue à l'USC Dornsife et expert en télédétection, a déclaré que ce que les images satellites révélaient était en fait un ancien champ de maïs. "Je suppose que ça a été en jachère pendant 10-15 ans. C’est évident pour toute personne qui a passé du temps dans les basses terres mayas ", a expliqué M. Garrison au site Gizmodo.

    Tandis que Geoffrey Braswell, archéologue à l'Université de Californie à San Diego, dans un email publié par le Washington Post, a raconté qu’il avait visité personnellement les sites présentés sur les images et que c’était en fait d'anciens champs d'herbes (et peut-être de marijuana) et une partie de marais asséché. Tout de même, il a ajouté qu’il y avait un site archéologique colonial intéressant à proximité.

    Certains scientifiques appuient cependant l’adolescent, ayant eu accès au travail de William, contrairement à la majorité qui n’ont lu que des articles sur Internet et dans les journaux. Ainsi, le spécialiste en télédétection de l’Université du Nouveau-Brunswick Dr Armand LaRocque, qui avait aidé le jeune explorateur, a expliqué que la confusion a été semée par une mauvaise image publiée par le journal The Independant et puis diffusée par d'autres médias.

    C’est Daniel DeLisle, de l’Agence spatiale canadienne, qui a fourni les images satellites à l’élève québécois. Il soutient également cette recherche. Selon lui, la démarche de William Gadoury ne peut être remise en question.

    Les partisans de William affirment qu’il s’agit d’une recherche scientifique scrupuleuse, et que le seul moyen de la vérifier ou de la démentir serait de visiter le terrain.

    Un débat qui s'annonce palpitant…


    Tags:
    mayas, étudiants, adolescents, découverte, science, The Independent, Université de Californie, Québec, Amérique latine, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik