Sci-tech
URL courte
10222
S'abonner

Le problème des déchets spatiaux se pose de nouveau.

L'Agence spatiale européenne (ESA) a expliqué la provenance de l'impact d'environ sept millimètres de diamètre sur une vitre de la Station spatiale internationale (ISS). Selon le spationaute anglais Tim Peake, le dégât est apparu à cause d'un fragment de métal gros de quelques micromètres, selon le communiqué publié sur le site officiel de l'agence.

La vitre impactée était une des sept vitres de la coupole d'observation panoramique de la Station spatiale internationale. Le débris spatial n'a néanmoins pas pu percer la vitre composée de quatre couches. Cet événement n'a pas influencé le bon fonctionnement de la station.

La station spatiale est équipée de panneaux anti-météorites ainsi que de systèmes lui permettant d'éviter une éventuelle collision avec des objets pouvant représenter un danger. Les débris de plus d'un centimètre de diamètre sont capables d'endommager les équipements vitaux des vaisseaux spatiaux. Un objet de 10 centimètres est capable de détruire l'ISS.

Selon des représentants de l'ESA, les missions de l'agence à venir seront organisées de façon à garantir qu'en cas d'explosion un vaisseau spatial continuera son travail normal et ne créera pas d'autres déchets spatiaux dans l'espace.

Parfois, le risque de collision de la Station spatiale internationale avec des déchets spatiaux devient tellement réel que les astronautes sont forcés de quitter provisoirement les lieux. La dernière évacuation a eu lieu le 16 juin 2015.

Presque toutes les puissances spatiales du monde participent aux efforts visant à dépolluer l'espace circumterrestre. Ces pays ont mis en place un Comité international de coordination sur les débris spatiaux (IADC). Ils se sont engagés à évacuer les satellites hors service de leur orbite. Mais 

cette manœuvre demande beaucoup de combustible. En plus, les satellites arrivant en fin de vie risquent d'échapper au contrôle des stations terrestres.

Depuis le premier vol habité dans l'espace en 1961, quelque 20.000 fragments et débris d'engins spatiaux polluent l'orbite terrestre, représentant un risque sérieux pour les satellites couteux et les missions habitées vers la Station spatiale internationale.

Lire aussi:

Des armes nucléaires pour détruire les débris spatiaux? Mauvaise idée…
L'espace est parsemé de conflits potentiels
Atterrissage raté pour Falcon 9: "les débris étaient plus grands cette fois"
Une carte des débris spatiaux accumulés depuis 60 ans (vidéo)
Tags:
débris spatiaux, Groupe de soutien international à la Syrie (ISSG), ESA
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik