Sci-tech
URL courte
8184
S'abonner

Les hommes préhistoriques étaient plus mobiles qu'on ne le croyait, ont découvert des généticiens.

Une équipe de chercheurs suédois a étudié en Allemagne les tombes d'un grand cimetière datant de l'Age du cuivre pour conclure que les femmes se mariaient souvent avec des hommes venus d'autres régions.

Les scientifiques ont analysé les particularités génétiques des os déterrés.

Environ la moitié des femmes enterrées dans ce cimetière sont nées dans d'autres régions et ont "déménagé", le plus probablement en raison de leur mariage, rapporte la revue PLOS ONE.

Ces études indiquent que dans la préhistoire, les gens étaient beaucoup plus mobiles qu'on ne le croyait, selon les scientifiques.

L'Age du cuivre (entre le IVe et le IIIe millénaire avant notre ère) est une période intermédiaire de la protohistoire, étape de transition entre les industries lithiques et osseuses caractéristiques du Néolithique final et l'industrie métallurgique naissante qui leur succède à l'âge du bronze.

 

Lire aussi:

Mariage voué à l’échec: quand une Cromagnonne rencontre un Néandertalien
On en sait plus sur la disparition de l’homme de Neandertal
2016 déjà riche en découvertes scientifiques
La Pologne enverra des drones turcs protéger les frontières est de l’Otan
Tags:
femmes, génétique, mariage, archéologie, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook